Avant le casting du futur gouvernement, Macron planche sur sa ligne politique de fin de quinquennat

REMANIEMENT Edouard Philippe sera-t-il en accord avec la ligne plus sociale et écologiste qui se dessine depuis quelques jours dans les déclarations d’Emmanuel Macron ?

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe et Emmanuel Macron, lors de la convention citoyenne pour le climat.
Edouard Philippe et Emmanuel Macron, lors de la convention citoyenne pour le climat. — Christian Hartmann/AP/SIPA

Plus écolo ? Plus sociale ? Emmanuel Macron cogite actuellement à la tonalité qu’il donnera à la fin de son quinquennat. Une ligne qu’il est en train d’arrêter et qui forcément aura un impact sur le casting du futur gouvernement.

Selon l’entourage du président de la République, le remaniement de grande ampleur est prévu dans les jours qui viennent et il consulte frénétiquement sans pour autant laisser filtrer ses intentions. En particulier sur le sort de son Premier ministre, Edouard Philippe, largement réélu au Havre dimanche dernier et qui jouit d’une cote de popularité particulièrement bonne. Le profil de ce dernier, dont le rôle est important sur l’électorat de centre-droit, pourrait ne pas correspondre aux nouvelles ambitions du chef de l’Etat.

Le virage amorcé sur les questions de transition écologique, de politique plus sociale ou de méthode, à l’image de ce qui a été fait pour la Convention citoyenne avec des citoyens tirés au sort, pourrait être incompatible avec Edouard Philippe.

Les deux hommes ont aussi des dissensions, notamment les aspects financiers de la réforme des retraites. Emmanuel Macron a indiqué vouloir redémarrer la réforme mais peut-être sans l’âge pivot, défendu par le chef du gouvernement.

Barnier, Borloo, Parly

Des noms circulent pour le remplacer à Matignon, que ce soit celui de Michel Barnier, le négociateur du Brexit, Jean Castex, le « Monsieur déconfinement », l’ancien ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo, ou Florence Parly, la ministre des Armées qui connaît bien la machine gouvernementale. Le nom de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, se murmure aussi.

La décision d’Emmanuel Macron ne serait pas encore prise, mais, selon ses proches, la question sera tranchée d’ici le début de la semaine prochaine, voire dès ce jeudi ou ce vendredi.