Municipales : Pas de rebond de participation à attendre au second tour

SONDAGE Seulement 38 % des électeurs envisagent de se déplacer pour glisser un bulletin dans l’urne lors du second tour des municipales dimanche 28 juin, selon une enquête Ifop

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration des élections municipales en temps de coronavirus, ici à Lyon lors du premier tour.
Illustration des élections municipales en temps de coronavirus, ici à Lyon lors du premier tour. — KONRAD K./SIPA

Un second tour des municipales après la fin de l’épidémie de coronavirus rime-t-il avec absentéisme en chute libre ? Pas évident. Du moins si on en croit une enquête Ifop* diffusée ce lundi qui avance que moins de quatre Français concernés sur dix (38 %) envisagent d’aller voter le 28 juin au second tour des élections municipales. Un taux encore inférieur à celui du premier tour… La participation dans les communes concernées avait été de 41,8 % au premier tour, le 15 mars. Au niveau national, toutes communes confondues, elle avait chuté à 44,6 %, un taux historiquement bas pour des municipales.

29 % ne veulent pas voter en raison du coronavirus

L’abstention le 28 juin est estimée inversement à 62 %, selon cette enquête pour le site Directs.fr réalisée du 9 au 12 juin, à un peu plus de deux semaines du scrutin. Le second tour doit avoir lieu dans 4.827 communes où le conseil municipal n’a pas été élu au complet au premier tour, sur un total d’environ 35.000 communes françaises. Et environ 16,5 millions de personnes, soit 39 % du corps électoral, sont appelées à voter. Près de trois personnes qui déclarent ne pas vouloir voter sur dix (29 %) expliquent leur choix « uniquement par les risques d’être affectées par le coronavirus » et 35 % à la fois par les risques d’être contaminées et par « d’autres motifs ».

Pour ceux qui entendent au contraire aller voter, « la gestion des finances et de la dette de la ville » (69 %) sera un élément déterminant de leur choix, devant la sécurité des biens et des personnes (66 %) et la propreté et l’entretien de la ville (65 %). Neuf habitants sur dix (91 %) des communes concernées connaissent la date du scrutin, un taux légèrement plus élevé que pour les Français interrogés dans leur ensemble (86 %).

* Sondage réalisé en ligne du 9 au 12 juin auprès de 3.018 personnes de 18 ans et plus, dont 1.167 personnes résidant dans les communes où se déroulera le second tour, selon la méthode des quotas.