Absentéisme à la région : Olivier Véran privé de plus du quart de ses indemnités de conseiller régional Auvergne Rhône-Alpes

REMUNERATION La région Auvergne Rhône-Alpes a coupé une partie des indemnités de l’élu, également ministre de la Santé, en raison d’un absentéisme trop important en 2019 et 2020

Elisa Frisullo

— 

Olivier Véran, ministre de la Santé
Olivier Véran, ministre de la Santé — ELIOT BLONDET-POOL/SIPA
  • Le ministre de la Santé Olivier Véran est également conseiller régional en Auvergne Rhône-Alpes.
  • Un mandat local auquel il consacre moins de temps depuis janvier 2019, ce qui lui a valu d’être privé d’une partie de ses indemnités de conseiller.
  • Il a pour l’heure perdu environ 10.000 € brut de sa rémunération, soit plus du quart de ses indemnités.

Il a déserté les bancs de l’Hémicycle à plusieurs reprises bien avant d’être appelé à de plus grandes responsabilités par le gouvernement. Le ministre de la Santé Olivier Véran a vu fondre une partie de ses indemnités de conseiller régional d’Auvergne-Rhône-Alpes en 2019 et 2020, en raison de son absentéisme en assemblée plénière et lors de certaines commissions.

Selon Capital, qui a révélé cette information, l’ancien député, président du groupe LREM à la région depuis décembre 2019, a ainsi perdu plus du quart de ses indemnités, soit environ 10.000 € brut. En 2018, Olivier Véran a perçu de la région la somme de 29.262 €, correspondant à une indemnité à 100 %, confirme ce dimanche le conseil régional  à 20 Minutes. Mais cette rémunération a été revue à la baisse en 2019, conformément au règlement intérieur de la collectivité.

Ainsi, l’an passé, le ministre de la Santé a vu ses indemnités diminuées de 5.000 € brut en raison d’un taux d’absentéisme de 28 % en assemblée plénière mais également à plusieurs commissions, ajoute la région. A la fin mai 2020, l’Isérois, neurologue de métier, a perçu 6.000 € d’indemnités pour son mandat local, soit la moitié du taux plein prévu.

Pas de démission en vue à la région

Contacté par Capital, l’entourage d’Olivier Véran a indiqué que ses absences à la région devaient être mises en perspective avec « l’accélération » de son emploi du temps depuis l’automne 2019. L’ancien député a notamment été très actif à l’Assemblée nationale, en tant que rapporteur du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Depuis février, il est évidemment très mobilisé par sa fonction de ministre de la Santé, sa prise de poste étant intervenue en pleine crise sanitaire liée au coronavirus.

« Il est resté très attentif au fonctionnement de la région depuis Paris, particulièrement les dossiers recherche, transports et développement durable qui lui tiennent à cœur », a toutefois assuré son entourage. Olivier Véran n’envisagerait pas d’abandonner son mandat de conseiller régional, malgré le peu de temps dont il dispose ces derniers mois pour assurer sa mission pleinement. Voilà de quoi nourrir davantage les bruits récurrents selon lesquels le quadragénaire serait intéressé pour affronter le président LR actuel Laurent Wauquiez lors des régionales de 2021…