Municipales 2020 à Marseille : « Trahison » et « boules puantes »… La droite reste divisée pour le second tour

POLITIQUE Les listes de Marine Vassal (LR) et Bruno Gilles (DVD) ne fusionneront que dans un seul arrondissement, et sans l’accord du sénateur ex-LR, qui parle de « trahison »

J.S.-M.

— 

A Marseille, la candidature de Martine Vassal (LR) risque d'être plombée par le maintien d'une liste de droite dissidente.
A Marseille, la candidature de Martine Vassal (LR) risque d'être plombée par le maintien d'une liste de droite dissidente. — B. Langlois / AFP

La Pentecôte n’a pas apaisé les esprits (plus ou moins saints) des femmes et hommes politiques marseillais. Ce week-end d’intenses tractations accouche d’une souris pour la droite. Elle reste désunie pour le second tour, qui se déroulera le 28 juin. Certes, Martine Vassal (Les Républicains) soutient son rival Bruno Gilles (DVD) dans les 4e et 5e arrondissements… mais c’est parce que son candidat n’y a pas atteint la barre des 10 %.

Quant à Bruno Gilles, il a découvert ce week-end qu’une de ses têtes de liste avait décidé, dans son dos, de rallier Martine Vassal dans les 6e et 8e arrondissements. Une « trahison », dit le sénateur. Martine Vassal a obtenu le ralliement de Ludovic Perney sans que celui-ci consulte Bruno Gilles. « On est presque tombés de l’arbre », persifle-t-on dans l’entourage du candidat, qui, dénonce également des tractations pleines de « boules puantes. »

Des quadrangulaires en vue

Ce lundi, le sénateur qui a quitté les Républicains a donc confirmé que sa tête de liste Robert Assante se maintenait dans les 11 et 12e arrondissements. Et tant pis si la probable quadrangulaire avec la gauche et le Rassemblement national fait perdre le candidat de droite pro-Vassal Julien Ravier, arrivé en tête au premier tour ? « Ni extrêmes, ni système », martèle Bruno Gilles.

En réaction, la candidate de Martine Vassal Solange Biaggi devrait maintenir sa liste inchangée dans les 2e et 3e arrondissements, où l’on se dirige vers une autre quadrangulaire entre LR, une candidate divers droite, le Rassemblement national et la gauche. Elle devrait bénéficier au candidat du Printemps marseillais Benoît Payan.

La gauche toujours en discussions

A l’heure où nous écrivons ces lignes, les tractations se poursuivent à gauche dans les 15e et le 16e arrondissements. Jean-Marc Coppola, du Printemps marseillais et Samia Ghali (ex PS) ne seraient pas encore parvenus à un accord.