Coronavirus : Soixante-dix écoles refermées pour des cas de Covid-19 depuis le 11 mai, annonce Jean-Michel Blanquer

DECONFINEMENT Invité de RTL, ce lundi matin, Jean-Michel Blanquer a fait le point sur la réouverture des écoles maternelles et primaires, la semaine dernière

M.A.

— 

Jean-Michel Blanquer, le 14 mars 2020 à Paris.
Jean-Michel Blanquer, le 14 mars 2020 à Paris. — Thomas SAMSON / AFP

RECTIFICATIF : Les déclarations du ministre de l’Education sur RTL ayant prêté à une confusion entre le nombre de personnes et le nombre d’établissements concernés par la contamination au Covid-19, cet article a été modifié à la suite des précisions adressées par le ministère lundi : « Ces 70 écoles fermées, sur les 40.000 qui ont fait leur rentrée depuis le 11 mai, ne correspondent pas à 70 cas avérés de Covid-19 ». « A Roubaix, en revanche, sept écoles sont fermées depuis lundi « à titre de précaution » en raison d’un cas "confirmé" de Covid-19 parmi les élèves. »

Si les collèges des zones vertes ont rouvert leurs portes, ce lundi matin, certaines écoles, elles, ont dû fermer après une semaine seulement. Selon le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, 70 cas de Covid-19 ont été recensés dans les 40.000 écoles maternelles et primaires rouvertes en France depuis le 11 mai.

Invité de RTL, ce lundi matin, Jean-Michel Blanquer a fait le point sur la réouverture des écoles maternelles et primaires, la semaine dernière : 70 cas de coronavirus ont été détectés dans les 40.000 établissements ouverts depuis le 11 mai, entraînant la fermeture immédiate des écoles concernées.

Les fermetures, « l’application du protocole sanitaire strict »

Ces fermetures, survenues en Mayenne, dans le Finistère, dans le Cantal, en Haute-Garonne, en Indre-et-Loire, dans l’Hérault ou encore à Nice, sont « l’illustration du fait que nous sommes stricts, comme on l’avait annoncé », a-t-il expliqué, ajoutant : « Presque à chaque fois ce sont des cas qui se déclarent en dehors de l’école, comme dans les exemples récents donnés à propos des abattoirs ».

C’était « inévitable mais cela reste minoritaire », a estimé le ministre. « Le fait que l’on ferme, c’est l’application du protocole sanitaire strict », a-t-il insisté.

Interrogé sur les enfants qui ne sont pas retournés à l’école, Jean-Michel Blanquer a indiqué que « s’agissant de l’école primaire c’est environ 70 % des élèves qui continuent à suivre des cours à distance ». Selon lui, « le but c’est que tout enfant ait repris un contact avec l’école ».