Coronavirus : « L’égal accès de tous au vaccin n’est pas négociable », répond Edouard Philippe à Sanofi

TRAITEMENT Mercredi soir, Sanofi avait créé le polémique en déclarant qu’il servirait en priorité les Etats-Unis s’il trouvait un vaccin contre le Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe fera une visioconférence jeudi
Edouard Philippe fera une visioconférence jeudi — VAN DER HASSELT/POOL/SIPA

Au lendemain de l’annonce de Sanofi, qui a indiqué qu’il servirait en priorité les Etats-Unis s’il trouvait un vaccin contre le Covid-19, Edouard Philippe, qui s’est entretenu avec le président du groupe pharmaceutique, a affirmé que « l’égal accès de tous au vaccin n’est pas négociable ».

Le président du conseil d’administration, le Français Serge Weinberg, « m’a donné toutes les assurances nécessaires quant à la distribution en France d’un éventuel vaccin Sanofi », a ajouté le Premier ministre dans un tweet, rappelant que Sanofi était « une grande entreprise profondément française ».

« Un bien public mondial »

Le groupe a créé la polémique mercredi en arguant que la primeur du vaccin pourrait être réservée aux Etats-Unis en raison de l’important investissement des autorités américaines. Sanofi a renvoyé jeudi les autorités européennes à leurs responsabilités en leur demandant d’être aussi « efficaces » que leurs homologues américaines, notamment dans la facilitation des démarches réglementaires.

« Comme l’a indiqué Emmanuel Macron, un vaccin contre le Covid-19 devra être un bien public mondial », a souligné de son côté Edouard Philippe, faisant référence notamment aux déclarations du chef de l’Etat du 24 avril devant l’Organisation mondiale de la Santé. « L’égal accès de tous au vaccin n’est pas négociable », a insisté le Premier ministre.