Coronavirus : Elisabeth Borne refuse le « moratoire » sur des mesures environnementales réclamé par le Medef

REPRISE Début avril, le Medef a réclamé un « moratoire de l’ordre de six mois » sur la mise en place d’une série de mesures environnementales

20 Minutes avec AFP

— 

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, à la sortie de l'Elysée, archives.
Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, à la sortie de l'Elysée, archives. — PIERRE VILLARD/SIPA

Alors le Medef a réclamé un moratoire sur les règles environnementales, Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, a assuré, ce mardi sur Franceinfo, qu’elle ne céderait « rien », prônant au contraire la transition écologique comme « meilleure stratégie » de sortie de crise.

« Je le dis très clairement, je ne céderai rien à ceux qui voudraient un retour en arrière sur les normes environnementales et j’ai refusé tout moratoire », a déclaré Elisabeth Borne, estimant qu'« opposer écologie et économie est totalement dépassé ».

« Des mesures qui allient économie et écologie »

« Je suis convaincue que la transition écologique est la meilleure stratégie pour créer des emplois en sortie de crise », a-t-elle insisté. En pleine crise sanitaire et économique liée l’épidémie de Covid-19, le Medef a demandé début avril dans un courrier à la ministre un « moratoire de l’ordre de six mois » sur la mise en place d’une série de mesures environnementales.

L’organisation patronale visait en particulier l’application de la nouvelle loi sur la lutte contre le gaspillage et sur le recyclage mais aussi la Stratégie nationale bas carbone ou encore la mise en place prévue de zones à faible émission (ZFE) pour limiter la pollution de l’air par le trafic routier. « Je suis en train de travailler sur des mesures qui allient économie et écologie », a insisté Elisabeth Borne mardi, évoquant notamment la création possible de « centaines de milliers d’emplois dans la rénovation thermique des bâtiments ».

Un plan d’implantation de « bornes de recharge pour les véhicules électriques »

Elle a également souhaité que le télétravail « puisse devenir une pratique courante et massive pour réduire les déplacements », et indiqué préparer un « grand plan d’implantation de bornes de recharge pour les véhicules électriques ». En matière de mobilité, elle a aussi assuré que le gouvernement allait « maintenir les normes d’émissions de CO2 pour les voitures ».

« On n’est plus en 2008 et aujourd’hui il faut au contraire soutenir les centaines de milliers d’entreprises qui sont engagées dans la transition écologique », notamment les constructeurs automobiles qui ont investi dans les véhicules électriques, a-t-elle encore déclaré.