Déconfinement: Ecoles, transports, déplacements.... Quelles sont les modalités annoncées par Edouard Philippe ?

CORONAVIRUS Après une première présentation la semaine dernière, Edouard Philippe a dévoilé, ce jeudi, les modalités de déconfinement 

Manon Aublanc

— 

Edouard Philippe, le 19 avril 2020 à Paris.
Edouard Philippe, le 19 avril 2020 à Paris. — Thibault Camus/AP/SIPA

« La levée progressive du confinement peut être engagée ce lundi 11 mai »Après sept semaines de confinement, le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté, ce jeudi après-midi depuis Matignon, les modalités du déconfinement.

Réouverture des écoles, dispositif pour les transports publics, retour en entreprises, tests de dépistages… 20 Minutes fait le point sur les modalités annoncées par le Premier ministre.

  • Des départements en situation particulière

Les départements de Mayotte et d’Ile-de-France se trouvent dans une situation particulière, a affirmé Edouard Philippe. A Mayotte, « le virus [y] circule activement », le déconfinement est reporté. Les interdictions d’arrivée dans tous les territoires d’outre-mer seront maintenues « au-delà du 11 mai » avec « obligation de quatorzaine ».

  • Quatre régions en rouge

La France est « coupée en deux » selon les situations sanitaires entre départements « verts » et « rouges » qui auront des mesures différenciées. Quatre régions (Ile-de-France, Hauts-de-France, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté), ainsi que le département de Mayotte, ont été classées en rouge. Toutes les autres régions et les autres départements ultramarins sont verts et bénéficieront d’un déconfinement plus large.

Carte synthèse pour le déconfinement
Carte synthèse pour le déconfinement - Ministère de la Santé
  • Pas de confinement obligatoire pour les personnes fragiles

Pas « de confinement obligatoire pour les personnes vulnérables après le 11 mai, même en Ile-de-France », a confirmé le Premier ministre, qui a demandé aux personnes « âgées ou malades de pathologies comme l’obésité, le diabète » ou souffrant « d’insuffisance respiratoire » de « conserver dans toute la mesure du possible des règles de prudence très strictes », comme « celles des deux derniers mois ».

  • Pas de déconfinement dans les Ehpad

Il n’y aura pas de déconfinement dans les Ehpad « pour protéger les personnes âgées vulnérables », mais « les visites des proches pourront se poursuivre si la situation de l’établissement le permet », a expliqué Olivier Véran.

Une aide « exceptionnelle » de 475 millions d’euros va être débloquée pour les établissements pour personnes âgées. Le gouvernement a également confirmé une prime de 1.500 euros pour tous les personnels des Ehpad des 33 départements « où l’épidémie aura été la plus forte » et de 1.000 euros pour tous les autres.

  • Ouverture des écoles

« Un million d’écoliers seront accueillis par environ 130.000 professeurs » dès la semaine prochaine après le déconfinement. Ce sont entre « 80 % et 85 % » des 50.500 écoles de France qui seront ouvertes, « dès le 12 mai », a précisé Jean-Michel Blanquer. Les parents d’élèves « doivent être informés personnellement cette semaine par l’école, qui travaille avec la mairie », a expliqué le ministre.

« Lundi 11 mai, tous les professeurs des écoles feront une pré-rentrée selon le contexte local (…) parfois la pré-rentrée se fera aussi le 12 mai », a ajouté Jean-Michel Blanquer. Les élèves, eux, ne reprendront le chemin de l’école qu’à partir du mardi 12 mai, voire quelques jours plus tard, pour donner le temps aux établissements de s’organiser.

Concernant les collèges, dans les départements classés en « rouge », là où le coronavirus « circule encore activement et où l’hôpital est encore en forte tension », ils ne pourront pas ouvrir. Dans les départements classés « vert », les élèves de 6e et 5e reviendront à l’école le 18 mai.

  • Des dépistages massifs

La France « est prête pour tester massivement » les personnes présentant des symptômes du coronavirus ainsi que celles avec lesquelles elles ont été en contact, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. Le gouvernement a diffusé pour la première fois une carte de France des capacités par départements en tests virologiques. Toute la France est en vert, ce qui signifie que « la capacité de dépistage est aujourd’hui au niveau des besoins estimés » à 700.000 tests par semaine, selon le ministre.

  • Transports en commun

Le port du masque est rendu obligatoire dans les transports en commun pour les passagers à partir de 11 ans, a annoncé Elisabeth Borne, le ministre des Transports, précisant que les contrevenants seront passibles d’une amende de 135 euros. En Ile-de-France, l’accès aux transports en commun sera « réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer », a ajouté la ministre.

  • Déplacements

Les déplacements sont de nouveau autorisés dans un rayon de 100 kilomètres, a annoncé Christophe Castaner. Au-delà de 100 kilomètres, seuls les déplacements professionnels et les déplacements pour motifs familiaux impérieux sont désormais autorisés, avec une attestation qui sera mise en ligne dès lundi. Les restrictions aux frontières de la France avec les pays de l’espace européen (Union européenne, Shengen, Royaume-Uni) seront « prolongées jusqu’au 15 juin au moins » et les frontières avec les pays non-européens « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre », a annoncé Christophe Castaner.

Avec les pays européens, la libre circulation des travailleurs frontaliers sera préservée. En outre, les mesures de quatorzaine « pour toute personne française ou étrangère entrant en France ne seront pas appliquées à l’intérieur de l’espace européen », « sauf Outre-mer et, si nous le décidons, en Corse », a-t-il ajouté. Enfin, pour franchir les frontières avec les pays européens voisins, « certaines dérogations supplémentaires seront rendues possibles » comme celles concernant « la garde, la visite ou la scolarité d’un enfant » ou « un motif économique impérieux » y compris les travailleurs saisonniers agricoles.

  • Loisirs, culture et sport

L’ouverture « des plages et lacs » sera possible au cas par cas sur autorisation du préfet, mais « la règle générale, c’est la fermeture ». Concernant la pratique sportive individuelle en extérieur, elle sera autorisée mais les « lieux de sports couverts resteront fermés ».

« Pourront rouvrir les bibliothèques, musées, médiathèques », a expliqué Christophe Castaner, en soulignant que les gestes barrière et la distanciation physique devront y être respectés. En revanche, « les cinémas et les salles de spectacles resteront fermés », a-t-il dit, en rappelant en outre « qu’aucun événement de plus de 5.000 personnes » ne pourra avoir lieu avant septembre.

Les centres commerciaux de plus de 40.000 mètres carrés en France « pourront rouvrir » le 11 mai « en accord avec les préfets, sauf en Ile-de-France ». En Ile-de-France, « nous estimons que les risques sanitaires (…) nous amènent à reporter leur ouverture », a expliqué Bruno Le Maire.

  • Lieux de culte

Le gouvernement travaille, avec les responsables des cultes, « aux conditions d’une reprise des cérémonies religieuses » avec du public « d’ici la fin du mois » de mai. Edouard Philippe avait annoncé en début de semaine que le gouvernement était « prêt à étudier » cette reprise des offices en présence du public, le 29 mai au lieu de la date du 2 juin précédemment établie.

  • Retour en entreprise

Selon Bruno Le Maire, 400.000 entreprises vont rouvrir lundi, représentant 875.000 salariés. « Ce sont 77.000 salons de coiffure, 33.000 commerces d’habillement, 15.000 fleuristes, 3.300 libraires qui vont rouvrir, c’est la vie sociale et économique qui va pouvoir redémarrer », a ajouté le ministre.

Il a notamment confirmé la prolongation jusqu’à fin mai du fonds de solidarité pour les petites entreprises et les indépendants, ainsi que l’exonération de charges sociales sur trois mois pour les petites entreprises ayant dû fermer sur décision administrative.