Après la veste aux municipales, Agnès Buzyn a remis sa blouse de professeure d’hématologie

RETOUR AUX SOURCES L’ex-ministre de la Santé a quitté son costume de candidate à la mairie de Paris et retrouvé sa blouse médicale à l’hôpital Percy à Clamart (Hauts-de-Seine)

F.H. avec AFP

— 

Agnès Buzyn le 15 mars 2020. (Illustration)
Agnès Buzyn le 15 mars 2020. (Illustration) — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Après le costume de candidate à la mairie de Paris, Agnès Buzyn vient de remettre sa blouse hospitalière. L’ex-ministre de la Santé, professeure d’hématologie, a repris depuis la semaine dernière son activité médicale à l’hôpital Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), ont indiqué vendredi plusieurs de ses proches à l’AFP. « Elle refuse désormais toute expression publique. Mais elle ne me paraît ni stressée, ni fatiguée, elle est posée », explique l’une de ses colistières.

Qu’il paraît loin ce début de campagne euphorique, mené avec l’enthousiasme des novices ! Convaincue de pouvoir reprendre le flambeau de Benjamin Griveaux, mis sur la touche après la diffusion de vidéos intimes, la voilà brutalement douchée par la réalité : largement distancée par Anne Hidalgo et Rachida Dati au soir du premier tour des municipales, poursuivie par les polémiques sur son anticipation de l’épidémie, mise au ban d’une partie de sa famille politique pour des déclarations de presse jugées au mieux maladroites.

Elle qui rêvait de s’ancrer localement, voit même son avenir en politique s’écrire avec un point d’interrogation. « C’est foutu pour elle », s’alarmait une marcheuse mi-mars. Alors que la probabilité d’un deuxième tour en juin semble illusoire, la majorité gardera-t-elle la candidate Buzyn pour un scrutin qui pourrait finalement avoir lieu en mars 2021 ? « Peut-être remettra-t-on les choses à plat », euphémise un ponte de La République en marche.

Des confidences qui conduisent à sa disgrâce

« On fait encore des réunions téléphoniques pour animer le collectif, et éviter qu’ils se retrouvent seuls », confie à l’AFP un proche d’Agnès Buzyn, qui elle-même est en contact ces jours-ci avec « les colistiers de chaque arrondissement ». Mercredi soir, elle a à nouveau réuni une grande partie de ses têtes de listes en visioconférence. « Je l’ai trouvée assez sereine », assure l’un des participants. « Après, je ne sais pas si elle le fait par humanité vis-à-vis de nous, ou si elle veut vraiment encore être candidate », s’interroge le même, qui constate « qu’en fait, elle ne dit pas grand-chose, et on ne parle pas vraiment des municipales ».

Plus encore que son score décevant, ce sont des confidences publiées par Le Monde au surlendemain du 1er tour qui ont signé sa disgrâce. Elle disait avoir voulu «mettre fin à cette mascarade» des élections avant leur tenue en raison de l’épidémie qui s’annonçait, expression qu’elle a ensuite regrettée. A l’AFP, elle confie aussi que « l’heure est grave : dans 15 jours, c’est la Bérézina à Paris ! », assurant avoir partagé ses angoisses avec le président Emmanuel Macron.

Aux têtes de listes, elle explique ensuite « qu’elle a été piégée », confie à l’AFP Gaspard Gantzer, chef de file dans le 6e arrondissement. « C’était surréaliste ! Elle n’a pas présenté ses excuses. On a parlé du programme comme si de rien n’était », s’insurge toutefois un proche après une réunion téléphonique de l’équipe de campagne.

« Buzyn a mis l’étincelle »

La déflagration s’étend au-delà de la campagne parisienne. Car les propos de l’ancienne ministre laissent entendre qu’elle avait anticipé « la vague du tsunami » et en a informé dès janvier le sommet de l’exécutif. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a confirmé mais n’a d’ailleurs toujours pas digéré l’affront.

Car, selon un conseiller ministériel, « Buzyn a mis l’étincelle qui était attendue par la presse politique » pour instruire le procès du gouvernement sur son impréparation. Depuis, nombre d’internautes relayent sur la toile d’anciennes déclarations d’Agnès Buzyn, qu’ils jugent contradictoires avec son interview alarmiste.

Notre dossier sur le coronavirus

L’ancienne ministre est aussi victime de rumeurs, pour certaines à tonalités antisémites, affirmant qu’elle et son mari Yves Lévy, patron de l’Inserm de 2014 à 2018, ont tout fait pour garder sous le boisseau les bienfaits supposés de la chloroquine. Le tout en raison d’un prétendu conflit de longue date opposant Yves Lévy au promoteur de la substance, le professeur Didier Raoult. « C’est du bullshit », s’agace un proche d’Agnès Buzyn, ciblant « des gens qui cherchent des boucs émissaires : elle, Olivier Véran [ministre de la Santé] ou le Premier ministre ».