Municipales 2020 : Au moins 2.700 recours judiciaires pour faire annuler les résultats du premier tour

INFO « 20 MINUTES ». Les résultats du premier tour des municipales, organisé en pleine épidémie de coronavirus, le 15 mars, sont jugés insincères par de nombreux plaignants

Laure Cometti

— 

Un bureau de vote en France, le 15 mars 2020 pour les élections municipales.
Un bureau de vote en France, le 15 mars 2020 pour les élections municipales. — SEBASTIEN COURDJI/SIPA
  • Le premier tour des municipales s’est tenu le 15 mars, en pleine crise sanitaire liée au coronavirus.
  • Le Conseil d’Etat a indiqué à 20 Minutes que selon son décompte, au 5 avril, il y a eu 2.700 recours déposés devant les tribunaux administratifs pour demander l’annulation des résultats du scrutin.
  • Certains plaignants estiment que les résultats sont « insincères », du fait du contexte épidémique qui a dissuadé les électeurs de se déplacer.

Les résultats du premier tour des municipales vont-ils être annulés ? Dans le contexte de crise sanitaire, certains déplorent la tenue du scrutin et estiment que l’épidémie de coronavirus a joué sur l’abstention et les scores des candidats. Il y a 2.700 recours judiciaires en contentieux électoral sur le vote du 15 mars, a appris 20 Minutes ce jeudi auprès du Conseil d’Etat, selon un décompte au 5 avril.

La plus haute juridiction administrative centralise les remontées des tribunaux administratifs du pays, auprès desquels les recours en contentieux électoral peuvent être déposés. En temps normal, tout citoyen peut contester une élection dans les cinq jours suivant le scrutin, mais ce délai a été rallongé par ordonnance, le 25 mars, dans le contexte de la crise sanitaire. Les recours pour le scrutin du 15 mars pourront être déposés jusqu’à cinq jours après « la date de prise de fonction des conseillers municipaux et communautaires élus dès ce tour ». Or cette date n’a pas été encore fixée.

« Un simulacre » d’élection

Au premier tour des élections municipales, environ 30.000 maires ont été élus (sur un total de 35.000 communes), ayant passé le seuil des 50 % de suffrages exprimés. Mais plusieurs candidats et élus locaux ont déposé des recours judiciaires pour demander l’annulation des résultats. C’est le cas de Renaud George, maire LREM sortant du village de Saint-Germain-au-Mont-d’Or, dans le Rhône. « Ce premier tour a été un simulacre. On a empêché les gens d’aller voter, on leur a volé cette élection », estime-t-il. Laurent Jaoul, maire sortant de Saint-Brès (Hérault), réélu le 15 mars, a lui aussi déposé un recours et dénonce auprès de 20 Minutes le problème de « sincérité » du scrutin.

Il reviendra aux juges administratifs de se prononcer pour chaque commune faisant l’objet d’un recours. Ils peuvent rectifier les résultats ou annuler l’élection, ce qui entraînerait la tenue d’un nouveau scrutin.