Coronavirus : Emmanuel Macron en visite au Samu de l’hôpital Necker à Paris

EPIDEMIE C’est le quatrième déplacement du chef de l’Etat autour de la crise du coronavirus depuis dix jours

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron  et Olivier Veran aux côtés de Martin Hirsch lors d'une visite à l'hôpital Necker, le 10 mars 2020.
Emmanuel Macron et Olivier Veran aux côtés de Martin Hirsch lors d'une visite à l'hôpital Necker, le 10 mars 2020. — Ludovic Marin / POOL / AFP

Dans le cadre de ses déplacements consacrés à la crise du coronavirus, Emmanuel Macron s’est rendu au centre d’appel (15) du Samu de l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris, ce mardi matin.

Face à l’épidémie de coronavirus, le centre d’appel a mobilisé des étudiants en médecine et des médecins retraités pour répondre aux 6.000 appels par jour, deux fois plus qu’en temps normal.

Les déplacements non liés au coronavirus quasiment tous annulés

« Le président souhaite adresser un message de soutien et de reconnaissance à des personnels fortement mobilisés, en pointe du dispositif de prévention et de lutte contre le coronavirus, qui font face à une demande d’information exponentielle du public qui doit apprendre à ne pas saturer le 15, numéro qui doit être réservé aux urgences vitales », a indiqué l’Elysée.

Malgré le renforcement de mesures de protection autour de lui, décidées lundi soir, le président « ne veut pas rester confiné, il veut continuer ses déplacements », a souligné son entourage. C’est le quatrième déplacement du chef de l’Etat autour de la crise du coronavirus depuis dix jours, alors que tous ses déplacements non liés à la crise ont été annulés ou presque. Il a ainsi enchaîné les visites et les rencontres de médecins, d’infirmières, de chercheurs ou de personnes âgées.

« On ne peut pas mettre le pays à l’arrêt »

Jeudi dernier, il a visité l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, où le premier Français victime du coronavirus était décédé la veille. Mardi il s’est rendu au Centre de gestion de la crise au ministère de la Santé. Mercredi, il a réuni à l’Elysée une trentaine des principaux chercheurs travaillant sur les traitements et les vaccins. Et vendredi matin, il s’est invité dans une maison de retraite parisienne.

Mercredi et dimanche, il a présidé deux conseils de défense spécialement consacrés au coronavirus. Lundi matin, après avoir inauguré un Café Joyeux des Champs-Elysées, qui emploie des personnes handicapées, il a tenu à descendre à pied l’avenue jusqu’à l’Elysée en saluant les passants et en demandant aux commerçants s’ils sentaient une baisse de l’activité, mais à distance et sans serrer les mains, en déclarant qu'« on ne peut pas mettre le pays à l’arrêt ».