Le sénateur Michel Amiel quitte LREM à cause du 49-3

DÉSACCORD L’élu des Bouches-du-Rhône a déploré la décision du gouvernement, qui relève pour lui « du cynisme et de l’incompétence politique »

20 Minutes avec AFP

— 

Michel Amiel au Sénat, en 2018.
Michel Amiel au Sénat, en 2018. — Sénat / M. Voyer Gadin / Wikicommons

Il claque la porte. Le sénateur des Bouches-du-Rhône Michel Amiel a annoncé dimanche qu’il quittait La République en marche (LREM), après la décision du gouvernement de recourir au 49-3 pour faire adopter le projet de réforme des retraites par l’Assemblée nationale.

« Il y a eu une succession de maladresses très très défavorables à une action gouvernementale fluide », a-t-il déclaré. « Le fin du fin, c’est le 49-3, un samedi soir en pleine période d’épidémie de coronavirus, presque en catimini », a-t-il poursuivi. « A un moment donné, la forme est indissociable du fond et ça crée un véritable malaise entre l’exécutif et les gens », fait valoir l’élu, également candidat aux municipales aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), dont il a été le maire jusqu’en 2017.

« Du cynisme et de l’incompétence politique »

« C’est une décision qui traduit chez moi une profonde déception d’un certain nombre de choses », souligne-t-il. « Un bon débat parlementaire » aurait, selon lui, permis d’améliorer le projet de réforme des retraites. Dans un communiqué mis en ligne, il dénonce par ailleurs une décision qui relève « du cynisme et de l’incompétence politique ».

Selon le ministre chargé des relations avec le Parlement, Marc Fesneau, interrogé sur BFMTV, « M. Amiel avait annoncé il y a presque un mois qu’il souhaitait quitter le groupe LREM ». « Ce n’est pas la peine (…) de se cacher derrière des éléments d’actualité pour essayer de se justifier d’un départ d’un groupe », a-t-il fait valoir.