Perpignan : Au moins 100.000 personnes au meeting de l’indépendantiste catalan Carles Puigdemont

CATALOGNE C’est la première fois que l’ex-président régional, protégé par son immunité d’eurodéputé, se rend à proximité immédiate de l’Espagne, depuis son départ pour Bruxelles

J.D.

— 

Carles Puigdemont en meeting à Perpignan
Carles Puigdemont en meeting à Perpignan — Quique Garcia/EFE/SIPA

Selon la préfecture des Pyrénées-Orientales, 100.000 personnes ont participé samedi, à Perpignan, au meeting géant de l’indépendantiste catalan Carles Puigdemont. Les organisateurs ont, eux, avancé le chiffre de 150.000 participants.

C’est la première fois que l’ex-président régional, désormais protégé par son immunité d’eurodéputé, se rend à proximité immédiate de l’Espagne, depuis son départ pour Bruxelles. Jusqu’à l’obtention de cette immunité, à la suite d’une longue bataille judiciaire, il ne se risquait pas à faire le voyage en France, pays dont la collaboration avec Madrid est étroite. Destitué par le gouvernement espagnol après la tentative de sécession, Carles Puigdemont a fui en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice espagnole qui a condamné à de la prison d’anciens membres de son équipe.

Au moins 100.000 personnes au meeting de Carles Puigdemont à Perpignan
Au moins 100.000 personnes au meeting de Carles Puigdemont à Perpignan - Adria Salido Zarco/SIPA

Une réception qui n’est pas du goût de Manuel Valls

Arrivés de la Catalogne voisine en voiture, en train ou dans des centaines de cars, ses partisans brandissaient des drapeaux indépendantistes ou des portraits du leader catalan. Avant ce meeting, Carles Puigdemont a assisté vendredi soir à Perpignan à un match de l’équipe de rugby locale, les Dragons, et a été reçu par le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, et la présidente du département, Hermeline Malherbe.

Une venue qui a été dénoncée par l’ancien Premier ministre français, Manuel Valls, candidat malheureux l’an dernier au poste de maire de Barcelone, sa ville natale.

« Les jours meilleurs sont déjà là »

Lors du meeting, l’ex-président régional a appelé à la « mobilisation permanente » contre « un régime [espagnol] monarchique qui est l’héritier direct du franquisme ». « Nous ne nous arrêterons pas et ils ne nous arrêteront pas, s’est exclamé Carles Puigdemont. Nous n’avons pas à attendre des jours meilleurs car les jours meilleurs sont déjà là. »

Les discussions viennent d’ailleurs de commencer mercredi à Madrid entre le gouvernement central et le gouvernement catalan pour tenter de trouver une solution à ce conflit qui envenime depuis des années la vie politique en Espagne.