Exclusif. Municipales 2020 à Paris : « Je crois avoir géré des choses plus lourdes et dangereuses que la Mairie de Paris », dit Agnès Buzyn

INTERVIEW Agnès Buzyn, la nouvelle candidate de La République en marche pour la bataille municipale à Paris, a répondu aux questions de « 20 Minutes » ce mardi dans son QG du 15e arrondissement

Propos recueillis par Thibaut Le Gal et Romain Lescurieux

— 

Agnès Buzyn en pleine dynamique.
Agnès Buzyn en pleine dynamique. — Nicolo Revelli Beaumont/SIPA pour 20 Minutes
  • Après le retrait de Benjamin Griveaux, c’est Agnès Buzyn qui est la candidate LREM dans la capitale.
  • A moins d’un mois du premier tour, elle revient pour 20 Minutes sur sa campagne, ses propositions, sa vision pour Paris et sur « l’âme » de la capitale.
  • L’ex-ministre de la Santé a tenu à éteindre la polémique sur la préparation de la Ville face au coronavirus.

« Moi je serai la ministre… la maire des solutions à Paris. » En plein entretien, ce léger lapsus rappelle qu’il y a quelques jours encore Agnès Buzyn était ministre de la Santé. Mais après l’abandon de Benjamin Griveaux, la voilà propulsée en pleine campagne pour représenter La République en marche dans la capitale. Campagne éclair, coronavirus, rejet du projet de la ZAC Bercy-Charenton ou encore plaisir de la promenade dans la capitale… La candidate a répondu ce mardi aux questions de 20 Minutes dans son QG de campagne, situé dans le 15e arrondissement.

Vous avez été désignée candidate à un mois du premier tour en remplacement de Benjamin Griveaux. On peut donc devenir maire de Paris en trente jours ?

Je connais cette ville depuis toujours et lorsque je vois la lente dégradation de la capitale, je constate que ce n’est pas parce qu’on a été maire de Paris ou dans l’équipe municipale depuis dix-huit ans [Anne Hidalgo a été élue conseillère de Paris aux côtés de Bertrand Delanoë en 2001] qu’on fait preuve d’une capacité à gérer. Les Parisiens se sentent agressés, peu écoutés, et quelquefois malmenés.

Je suis une femme de dossiers, je sais diriger un collectif, et je veux apporter mon savoir-faire. Je peux réconcilier la technicité et l’humain. J’ai été médecin, je connais les douleurs humaines, l’intime. C’est ce qui nous manque, dans cette ville : la capacité d’écoute et de gestion.

« S’improviser maire de Paris, c’est très dangereux », vous a attaquée lundi Rachida Dati. Comment être crédible auprès des Parisiens ?

Mon parcours et mon expérience sont autant de gages de crédibilité : sûreté des centrales nucléaires à l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), où j’ai géré Fukushima, Institut national du cancer, présidence de la Haute Autorité de santé, puis ministre… Donc cet angle d’attaque va très vite se dégonfler, car je crois avoir géré des choses beaucoup plus lourdes et peut-être encore plus dangereuses que la Mairie de Paris. Ces arguments-là ne tiennent pas deux secondes quand on regarde mon parcours professionnel.

Trois jours avant votre désignation, sur France Inter, vous estimiez ne pas pouvoir être candidate en raison d’un « agenda très chargé » auquel s’est ajoutée « la crise du coronavirus ». La priorité n’était-elle pas de rester au gouvernement ?

On m’a posé la question pour être sur la liste du 15e arrondissement, tout en restant ministre, pour Benjamin Griveaux, avant qu’il décide de se retirer de cette campagne. Mes fonctions ne me le permettaient pas. J’ai pu m’engager pleinement dans les municipales en quittant un ministère où j’ai réglé de nombreux dossiers : le dossier hôpital était derrière moi et, concernant le coronavirus, j’ai anticipé l’épidémie en préparant le système de soins.

On vous a accusé de faire primer « l’intérêt de LREM sur l’intérêt national »…

Je suis flattée de voir tous ces gens me regretter au ministère de la Santé, je le prends comme un compliment. Cela veut peut-être dire que je faisais du bon travail. Dans notre pays, il y a des administrations de grande qualité, des professionnels de la santé, qui savent gérer une telle crise sanitaire.

Notre dossier sur les Municipales 2020

Vous dites qu’Anne Hidalgo n’a pas préparé Paris à l’arrivée du coronavirus. Ce matin sur Europe 1, elle évoque « des propos irresponsables »…

Ce n’était pas du tout une polémique. Je suis surprise que Madame Hidalgo, en pleine campagne, ait fait organiser une conférence de presse en mairie pour réagir à mes propos [son premier adjoint, Emmanuel Grégoire, a tenu une conférence de presse sur les mesures prises par la ville face au coronavirus ce lundi après-midi]. On m’a simplement demandé si la ville était préparée, c’était un propos totalement banal, qui a amené une forme d’hystérisation.

La Mairie de Paris a dévoilé un courrier révélant que votre ministère avait « remercié » la ville pour les dispositions mises en place…

Je n’ai vraiment pas envie de polémiquer sur ce sujet.

Agnès Buzyn respire l'âme de Paris.
Agnès Buzyn respire l'âme de Paris. - Nicolo Revelli Beaumont/SIPA pour 20 Minutes

Dimanche, vous avez présenté votre programme autour de deux axes : propreté et sécurité. Les deux mêmes que Rachida Dati. « Elle apprend vite à copier le programme des autres », a d’ailleurs taclé la candidate Les Républicains sur France Info. Le projet de la droite est-il une source d’inspiration ?

(Rires) Non ! Mais ce que veulent les gens, c’est de la propreté et de la sécurité. Ce sont les plus gros échecs d’Anne Hidalgo. Cette ville a été délaissée. Cette ville a été malmenée. Madame Hidalgo a dégradé la qualité de vie à Paris. Il faut remettre de l’ordre.

Sur la propreté, que proposez-vous ?

Deux enjeux : la collecte des déchets et le nettoiement des rues. Sur le premier, je veux contractualiser avec des sociétés privées pour le ramassage, cela permettra de déployer plus d’agents de propreté sur le terrain. Je veux aussi aider les Parisiens à mieux trier leurs déchets : aujourd’hui, seulement 20 % de ce qui pourrait être recyclé l’est réellement !

Sur le nettoiement des rues, nous aurons beaucoup plus d’effectifs, et je veux mieux les équiper en machines, car un simple balai ne suffit pas. Je compte aussi faire évoluer les poubelles publiques vers le tri. Elles débordent en permanence et sont attaquées par les rats, qui prolifèrent. Paris doit redevenir la Ville lumière. Elle est aujourd’hui beaucoup trop sale, c’est insupportable.

Qu’est-ce qui vous différencie de vos concurrentes ?

D’abord, la lutte effrénée contre la pollution. Cette ville n’est pas saine, n’est pas assez préparée au changement climatique. Il faut verdir la ville, la dépolluer. La deuxième chose, c’est l’accompagnement des plus fragiles. La maire actuelle ne s’est adressée qu’à un certain public : des jeunes actifs, assez branchés. C’est bien, il en faut. Mais les personnes âgées, les personnes handicapées, les familles avec enfants, les familles monoparentales, les plus pauvres n’ont pas été suffisamment pris en compte. Il faut réunifier la ville. Je propose par exemple un service public d’accompagnement des familles pour le maintien à domicile des personnes âgées.

Vous avez présenté un programme épuré de certaines propositions phares de Benjamin Griveaux (le déplacement de la gare de l’Est pour créer un « Central Park » ou l’apport de 100.000 € pour aider à l’achat d’un bien immobilier). Pourquoi ?

J’ai repris en main une campagne mais elle doit être la mienne. Un travail de fond a été fait, mais il y a des propositions que j’ai préféré ne pas retenir. Notamment de faire des grands travaux pour déplacer la gare de l’Est. Ça ne me paraît pas être la priorité des Parisiens. Sur les 100.000 euros, j’ai considéré que cette mesure risquait d’être inflationniste. Le logement abordable est une priorité mais il y a d’autres moyens d’y arriver.

Que proposez-vous pour le logement, contre la hausse des loyers et l’envolée du prix du mètre carré ?

L’encadrement des loyers était nécessaire parce qu’il y avait une inflation galopante. Même si c’est à manier avec précaution. Je propose de mettre rapidement sur le marché 20.000 logements vacants sur les 100.000 disponibles. Ce sera une bouffée d’oxygène pour les classes moyennes. Je veux rassurer ces propriétaires qui n’osent plus louer. Un service sera en charge de les aider à mettre leurs biens sur le marché, de manière sécurisée, en simplifiant les démarches administratives.

Et que garantissez-vous pour les locataires qui se retrouvent à faire la queue dans des cages d’escalier pour un appartement, à cause d’un marché tendu ?

Le problème de Paris aujourd’hui, c’est l’offre. Il n’y en a pas. Ces logements vacants remis sur le marché doivent être une priorité.

Agnès Buzyn dévoile son programme
Agnès Buzyn dévoile son programme - Nicolo Revelli Beaumont/SIPA pour 20 Minutes

Si vous êtes élue, rouvrirez-vous les voies sur berge aux voitures ?

Rendre les berges aux Parisiens a été une belle opération, je n’ai pas l’intention de revenir dessus, je veux d’ailleurs les végétaliser.

Je constate juste que cette bonne idée s’est retournée en problème compte tenu de la méthode employée par la Mairie. Cela aurait dû s’anticiper, en mettant en place des transports publics qui permettent de prendre le relais. Cette fermeture des voies a abouti à plus d’embouteillages, plus de pollution.

Ce que je veux, c’est des transports plus verts, moins polluants, avec plus de vélos et plus de transports publics. C’est l’air du temps. Ce qui nous différencie, Anne Hidalgo et moi, c’est la méthode. Elle fait ce que j’appelle une écologie punitive, avec des annonces brutales qui ne sont jamais anticipées. Ma façon de faire, ce sera de mieux organiser les transitions.

Vous avez dit que « la Ville de Paris n’était pas préparée au changement climatique ». Pourquoi ?

C’est une ville totalement bétonnée. Quand il y a des périodes de canicule, elle est en surchauffe, c’est un enfer. Il y a du béton et du bitume partout, pas d’espaces ombragés. Anne Hidalgo n’a cessé de bitumer. Résultat, la place de la République, la place de la Bastille [récemment rénovées] sont des îlots de chaleur. Il y a un espace qui pourrait être aéré, avec des jardins, c’est Bercy-Charenton, et elle veut y mettre six tours.

Vous êtes contre le projet de la ZAC Bercy-Charenton ?

Complètement contre. Je trouve ça fou. Cette ville est la plus dense d’Europe. Nous devons verdir et la laisser respirer. Nous ne pouvons donc pas continuer à construire des immeubles. Le projet Bercy-Charenton est un non-sens écologique.

Est-ce vous avez eu plus de succès pour dialoguer avec Cédric Villani qu’en a eu Benjamin Griveaux ?

Oui, nous sommes tous les deux scientifiques et nous nous connaissions bien avant nos engagements. Nous trouverons un moyen de travailler ensemble.

Après le premier tour ?

Oui, je n’en ai aucun doute. Nous avons plus de choses qui nous rapprochent que de choses qui nous divisent.

Vous avez dit que les terrasses, notamment chauffées, étaient l’âme de Paris. Quels autres éléments définissent l’âme de la capitale ?

Mon plus grand plaisir, dans la vie, c’est de marcher dans les rues. C’est ça, l’âme de Paris. C’est une ville où on se promène, où on s’émerveille devant un monument. L’âme de Paris, c’est ce plaisir. Mais je crois qu’il n’existe plus.

Parce qu’on ne prend plus le temps, dans la vie ?

Non, parce que les trottoirs sont jonchés de débris et de déchets, qu’ils sont mal entretenus et qu’on tombe, parce que des trottinettes barrent la route, parce qu’on a des motos couchées sur le bas-côté. Marcher dans Paris est devenu une course d’obstacles. On ne prend plus le temps de regarder sa beauté car on passe son temps à essayer de savoir où on met les pieds.