Emmanuel Macron attendu à Mulhouse pour évoquer la lutte contre le communautarisme

VISITE OFFICIELLE Le chef de l’Etat doit se rendre dans le quartier populaire de Bourtzwiller, où il fera le point avec des forces de l’ordre et des associations locales

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron lors d'un déplacement en Haute-Savoie, vendredi 13 février 2020.
Emmanuel Macron lors d'un déplacement en Haute-Savoie, vendredi 13 février 2020. — ALLILI MOURAD/SIPA

A l’approche des municipales, Emmanuel Macron s’attaque à un dossier sensible. Le chef de l’Etat est attendu mardi à Mulhouse (Haut-Rhin) pour commencer à présenter la stratégie de lutte contre le communautarisme et « le séparatisme » dans la République.

Emmanuel Macron se rendra dans le quartier populaire de Bourtzwiller, où il fera le point, au cours d’un déjeuner, avec les forces de l’ordre avant de tenir une table-ronde avec des représentants d’associations sociales, culturelles, religieuses ou sportives, actives localement, a indiqué son entourage. Il fera une déclaration à la fin de ce déplacement, où il sera accompagné par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, le secrétaire d’Etat Laurent Nunez, Gabriel Attal (Jeunesse) et Roxana Maracineanu (Sports).

« 2020 doit ouvrir la décennie de l’unité retrouvée de la nation »

Emmanuel Macron devrait effectuer un second déplacement la semaine suivante sur le plan qui « a vocation à se déployer après les élections municipales » des 15 et 22 mars, selon la même source. De nombreux ministères continuent à y travailler et toutes les mesures ne sont pas encore arbitrées.

Déclarant voir « trop de divisions au nom des origines, des religions », le président avait assuré, en présentant ses voeux le 31 décembre, vouloir « lutter avec détermination contre les forces qui minent l’unité nationale », car « 2020 doit ouvrir la décennie de l’unité retrouvée de la nation ». La stratégie du gouvernement repose sur deux piliers : « la lutte contre le repli communautarisme, le séparatisme islamiste et le radicalisme » ainsi que « le renforcement de l’ancrage dans la République dans les quartiers qui en ont besoin », notamment en termes de services publics.

Peuplé de plus de 15.000 habitants, Bourtzwiller a été choisi pour ce déplacement car il « fait partie de ces quartiers de reconquête républicaine » après avoir été classé en 2012 en zone de sécurité prioritaire.