Municipales 2020 à Paris : Marielle de Sarnez (MoDem) annonce qu'elle ne se représente pas

SCRUTIN Le timing est étrange mais la vice-présidente du MoDem a assuré que cette décision n'avait aucun lien avec le retrait de Benjamin Griveaux vendredi

Laure Gamaury

— 

Marielle de Sarnez
Marielle de Sarnez — AFP

Sa décision n’a a priori aucun lien avec le retrait du candidat LREM Benjamin Griveaux. La vice-présidente du MoDem Marielle de Sarnez, élue de Paris depuis 2001, a déclaré ce samedi à l’AFP qu’elle ne se représentait pas pour un nouveau mandat aux municipales de mars prochain.

Si le Modem avait annoncé fin janvier qu’il ralliait LREM aux municipales parisiennes, Marielle de Sarnez avait choisi d’appuyer la liste du LR Jean-Pierre Lecoq dans le 6e. « Je ne peux pas faire bien les deux missions qui sont les miennes », a précisé la conseillère de Paris qui est aussi députée et présidente de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale. « Ce n’est pas raisonnable. Je tourne cette page-là d’un mandat local à Paris ». « J’ai voulu prendre le temps afin d’assurer ma succession », a-t-elle ajouté. Séverine de Compreignac, secrétaire générale du groupe parlementaire du MoDem à l’Assemblée, devrait lui succéder sur la liste de Jean-Pierre Lecoq.

Pas de lien avec le retrait de Benjamin Griveaux

Confirmant une information du journal Le Monde, la cheffe de file du MoDem à Paris et élue du 6e arrondissement a indiqué que sa décision a été « mûrement réfléchie depuis des semaines et des mois » et qu’elle n’était « en aucun cas » liée à la déflagration qui touche la campagne municipale de La République en marche, dont le candidat Benjamin Griveaux a dû abandonner vendredi après la diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos sexuelles.

Marielle de Sarnez a été mise en examen en décembre 2019 comme eurodéputée pour « détournement de fonds publics », pour avoir utilisé son ancienne assistante Karine Aouadj à des tâches personnelles bien qu’elle fût rémunérée sur des fonds européens.