Biarritz : Guillaume et Lemoyne renoncent tous deux à se présenter aux municipales, annonce l’Elysée

DUEL Les deux ministres étaient candidats à la mairie de Biarritz, une situation « pas envisageable » pour Edouard Philippe

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Baptiste Lemoyne, le 26 novembre 2018 à l'Elysée.
Jean-Baptiste Lemoyne, le 26 novembre 2018 à l'Elysée. — ludovic MARIN / AFP

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume et le secrétaire d’Etat au Tourisme et au Commerce extérieur Jean-Baptiste Lemoyne, ont tous deux décidé de retirer leur candidature aux municipales à Biarritz, à la demande d’Emmanuel Macron, a annoncé ce mercredi l’Elysée.

Dans un souci de « clarté et d’unité », le chef de l’Etat avait reçu mardi Didier Guillaume pour lui demander de « mettre fin à son engagement » à Biarritz, où il présentait une liste concurrente de celle du maire sortant Michel Veunac, sur laquelle se présentait Jean-Baptiste Lemoyne, a précisé l’Elysée. "Le président de la République salue l’esprit de responsabilité de Didier Guillaume et son engagement aux côtés des acteurs de l’agriculture française », a déclaré la présidence.

Une majorité unie

Lors de leur rencontre mardi, le chef de l’Etat avait « demandé à Didier Guillaume de mettre fin à son engagement à Biarritz et de rester à ses côtés afin d’exercer ses responsabilités de ministre de l’Agriculture, dans une période importante pour le gouvernement », a-t-on indiqué de même source. Dans cette période, « toutes les forces de la majorité doivent être rassemblées et travailler ensemble » alors que les enjeux sont également « importants pour l’agriculture française dans le contexte du Brexit et des discussions autour de la Politique agricole commune [PAC] », a ajouté la présidence.

De son côté Jean-Baptiste Lemoyne a confirmé qu’il renonçait à figurer sur la liste du maire Michel Veunac et qu’il souhaitait ainsi poursuivre sa mission au gouvernement. Le président a demandé ce mercredi à son secrétaire d’Etat de renoncer à ses ambitions municipales.

La pression s’était accentuée ces dernières semaines sur Didier Guillaume pour qu’il renonce à se présenter en rival du maire (Modem) Michel Veunac, auquel La République en marche s’apprêtait mercredi soir à officialiser son soutien pour les élections du 15 et 22 mars.

« Situation baroque »

Edouard Philippe avait déclaré mi-janvier qu’il n’était « pas envisageable que deux membres du gouvernement puissent être candidats l’un contre l’autre durablement ». « Je leur ai indiqué quelle était la règle. Et donc nous nous sommes donné quelques jours pour qu’ils puissent l’entendre et qu’ils puissent en tirer les conséquences et pour que nous puissions nous-mêmes en tirer les conséquences », a déclaré Edouard Philippe à l’issue d’un séminaire gouvernemental, évoquant une « situation baroque ».