Réforme des retraites : La France insoumise propose une nouvelle motion de censure contre le gouvernement

ACTION Les Insoumis dénoncent une « dérive autoritaire » du gouvernement

V. R. B. avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Tenter le tout pour le tout. La France insoumise a réitéré ce samedi son appel « à tous les groupes d’opposition » à déposer une motion de censure contre le gouvernement à l’occasion de la réforme des retraites.

Le président du groupe LFI à l’Assemblée avait déjà fait le 14 janvier cette proposition aux groupes socialistes et communistes. Ceux-ci avaient décliné, estimant l’initiative prématurée, alors que le texte doit être examiné par les députés à partir du 17 février. LFI revient à la charge, dans une proposition « faite à tous les groupes d’opposition », puisque « c’est toute l’Assemblée dont le travail est mis en cause par la méthode du gouvernement ».

« L’avis du Conseil d’Etat est clair à ce sujet compte tenu de l’insécurité constitutionnelle du texte de loi et des lacunes qu’il affiche. Mais c’est aussi le cas avec les mille pages de l’étude d’impact biaisée qui a été déposée », indique LFI dans un communiqué.

L’avis du Conseil d’Etat fait le bonheur de l’opposition

Vendredi, le Conseil d’Etat ​a estimé ne pas avoir eu le temps de « garantir au mieux la sécurité juridique » de la réforme des retraites, l’institution déplorant aussi les « projections financières lacunaires » du gouvernement et un recours aux ordonnances qui « fait perdre la visibilité d’ensemble ».

« L’Assemblée doit rappeler par la censure la prééminence des droits du Parlement dans l’ordre constitutionnel démocratique, insiste la France insoumise. Elle ne doit pas laisser passer sans dire mot une dérive autoritaire où son rôle est bafoué dans la production de la loi. C’est le cas du fait d’une présentation insincère et manipulatoire du projet de loi et des délais d’amendements intenables qui sont fixés. »

Pour pouvoir être déposée, une motion de censure doit réunir 58 signatures parmi les 577 députés. LFI, qui en compte 17, doit donc rallier les autres groupes de gauche.