« Vous avez la parole » : On a vérifié certaines affirmations de Jean-Michel Blanquer

FAKE OFF Le ministre de l'Education a avancé quelques affirmations erronées ou imprécises lors de son passage dans l'émission « Vous avez la parole », jeudi 8 janvier, sur France 2

Alexis Orsini

— 

Jean-Michel Blanquer à l'Elysée, le 6 janvier 2020.
Jean-Michel Blanquer à l'Elysée, le 6 janvier 2020. — PIERRE VILLARD/SIPA
  • Jeudi 8 janvier, Jean-Michel Blanquer débattait de la réforme des retraites sur le plateau de l'émission « Vous avez la parole », aux côtés de Laurent Pietraszewski, le secrétaire d'Etat chargé des retraites.
  • La prestation du ministre de l'Education a été jugée convaincante par 34% des téléspectateurs.
  • Il a toutefois avancé quelques données fausses ou légèrement enjolivées. 

Invité de l’émission « Vous avez la parole » sur France 2, jeudi 9 janvier, aux côtés de Laurent Pietraszewski, secrétaire d’État chargé des retraites, Jean-Michel Blanquer a longuement débattu de la réforme des retraites, alors que la mobilisation à son encontre en était à son 36ème jour de mobilisation.

Si le ministre de l’Education a globalement évoqué des chiffres et des statistiques fiables, et s’est montré convaincant auprès de 34 % des téléspectateurs selon un sondage Ipsos, il a aussi avancé quelques données inexactes ou imprécises.

FAKE OFF

Ce qu’a dit Jean-Michel Blanquer (à 0’25’46 sur le replay) : « Chaque année, [la France] consacre 14% de [son PIB] à payer les retraites. Ce chiffre de 14% restera le même. C'est le record du monde : il n'y a pas un pays qui consacre autant de moyens à ses retraites dans le monde. »

Pourquoi c’est faux : D’après les données compilées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la France est le troisième pays à dépenser le plus pour ses retraites parmi les membres de l’OCDE, derrière l’Italie et la Grèce.

Selon Eurostat, parmi les membres de l’Union européenne, l’Hexagone partageait la troisième position avec l’italie il y a quelques années : « En 2016, les dépenses des administrations publiques liées au groupe "vieillesse", en pourcentage du PIB, ont été les plus élevées en Grèce (16,0%), en Finlande (13,7%), en France et en Italie (13,5 % chacune) ainsi qu'en Autriche (13,0 %). »

Une erreur relevée en direct sur le compte Twitter de « Vous avez la parole », hier soir, puis relayée sur le plateau directement à Jean-Michel Blanquer par Léa Salamé (à 1’15’25 du replay), le ministre ayant réaffirmé qu’il s’appuyait sur des statistiques en « pourcentage du PIB », ce qui est bien le cas des données d’Eurostat et de l’OCDE.

Ce qu’a dit Jean-Michel Blanquer (à 1'10'30 sur le replay) : « Aujourd'hui, on est le pays qui met la retraite le plus tôt possible, nous réussissons avec notre système à maintenir l'âge légal à 62 ans »

Pourquoi ce n’est pas totalement vrai : Comparée à ses voisins, la France est l'un des pays qui « met la retraite » le plus tôt possible, la plupart des membres de l’Union européenne ayant un âge de départ à la retraite fixé à 65 ans, comme le rappelle la liste comparative dressée par le Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale (Cleiss).

Toutefois, elle n'est pas vraiment « le » pays de référence sur ce point puisque cet âge est aussi de 62 ans en Norvège et il descend à 61 ans en Suède, avec un système de retraite dit « flexible », visant à encourager des départs plus tardifs, comme l’explique le Cleiss : « Il permet de prendre sa retraite dès l'âge de 61 ans (Suède) ou 62 ans (Norvège), à condition de remplir la condition de durée d'activité, mais le montant de la pension sera moins important qu'en cas de départ plus tardif. »

Enfin, si l’âge de départ à la retraite est fixé à 65 ans au Luxembourg, les personnes justifiant d’une cotisation de 40 années peuvent la prendre de manière anticipée dès 60 ans.