Transparence : La Haute autorité demande à Muriel Pénicaud de renoncer à son poste d’administratrice du Forum de Davos

TANT PIS La fonction était bénévole mais le risque de conflit d’intérêt trop important

R. G.-V.

— 

Muriel Pénicaud est ministre du Travail depuis mai 2017.
Muriel Pénicaud est ministre du Travail depuis mai 2017. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

La Haute autorité pour la transparence de la vie politique (HATVP) a beaucoup de boulot ces derniers jours. Après l’affaire Delevoye, dont le dossier a été transmis à la justice, voici Muriel Pénicaud qui a dû se mettre en conformité. La HATVP lui a en effet demandé de quitter le conseil d’administration du Forum économique mondial de Davos (Suisse). La ministre du Travail avait rejoint ce conseil, à titre bénévole, mi-novembre.

Le Monde révèle que le ministère a, comme il se doit et dans les délais légaux, amendé la déclaration d’intérêt de Muriel Pénicaud après cette nomination. Néanmoins, la Haute autorité lui a quand même demandé de renoncer. En cause, le risque de conflit d’intérêts, alors que dans ce lieu, qui n’a pas de pouvoirs décisionnels, la ministre aurait rencontré nombre de décideurs économiques de haut rang.

« Ce conseil, qui n’a pas de pouvoir décisionnaire, était une opportunité de promouvoir ma vision de la nécessaire régulation sociale de la mondialisation, a dit au Monde Muriel Pénicaud. J’ai modifié en ce sens ma déclaration d’intérêts à la HATVP le 28 novembre 2019. La HATVP m’a informée aujourd’hui de sa délibération du 18 décembre. J’en prends acte et décline donc la proposition qui m’a été faite. »