Réforme des retraites : Ex-DRH chez Auchan, mise à pied pour 80 centimes… Quatre choses à savoir sur Laurent Pietraszewski, le nouveau « Monsieur retraites »

GOUVERNEMENT Le député LREM du Nord Laurent Pietraszewski, nommé secrétaire d’État chargé des Retraites, a fait toute sa carrière dans le privé

Laure Cometti

— 

Agnès Buzyn et Laurent Pietraszewski, le 18 décembre 2019.
Agnès Buzyn et Laurent Pietraszewski, le 18 décembre 2019. — Francois Mori/AP/SIPA
  • Après la démission lundi de Jean-Paul Delevoye, le gouvernement a trouvé ce mercredi un remplaçant au haut-commissaire aux Retraites.
  • Le député LREM du Nord Laurent Pietraszewski a été nommé secrétaire d’État chargé des retraites à 53 ans.
  • Il a fait toute sa carrière dans le privé, aux ressources humaines chez Auchan, où il n’a pas laissé de bons souvenirs aux délégués syndicaux de la CFDT.

Deux jours après la démission de Jean-Paul Delevoye, l’exécutif a choisi un nouveau « monsieur retraites ». Le parlementaire LREM Laurent Pietraszewski, a été nommé à 53 ans secrétaire d’Etat chargé des retraites. Celui qui a fait toute sa carrière chez Auchan, où il était cadre, a été élu député du Nord en 2017 et s’est spécialisé sur les retraites. A peine était-il nommé que sa déclaration d’intérêts suscitait des questions. 20 Minutes fait le point sur ce nouveau personnage clé de la réforme.

Il a été rapporteur de la réforme du Code du travail

A peine élu, à l’été 2017, le député est monté en première ligne en tant que rapporteur de la réforme controversée du Code du travail, premier gros chantier du quinquennat. Une mission qui n’a pas laissé de bons souvenirs dans l’opposition de gauche, qui a déploré sa nomination ce mercredi.

« Après avoir cassé le Code du travail, il va casser les retraites… », déplore Caroline Fiat, députée insoumise. Pour le communiste Pierre Dharréville (PCF), c’est « un adversaire respectueux », mais « c’est dommage qu’on lui confie toujours les opérations banzaï et qu’il soit préposé à la casse sociale ».

Sa déclaration d’intérêts suscite des interrogations

A peine Laurent Pietraszewski était-il nommé que des internautes s’interrogeaient sur plusieurs points de sa déclaration d’intérêts, qu’il a, comme tous les députés, déposée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique (HATVP). L’ex-député socialiste René Dosière, spécialiste de la transparence des élus, a estimé qu’elle n’était « pas claire à 100 % », sur Europe 1. Il y a « peu de renseignements sur les activités qu’il a pu exercer durant les cinq années précédant son élection comme député » dans ce document, s’inquiétait-il.

Sur le site de la HATVP, sa déclaration déposée en octobre ne fait mention que d’une somme de 71.872 euros net, perçue entre août et septembre. Le député aurait-il omis d’indiquer son poste de DRH chez Auchan, qu’il occupait jusqu’en juillet 2017 ? En réalité, dans une déclaration remplie par Laurent Pietraszewski et déposée en août 2017, ses salaires perçus en tant que « responsable département ressources humaines » chez Auchan ont bien été indiqués pour les années 2012 à 2017, comme l'exige la loi. Il devra de toute façon mettre à jour sa déclaration, dans un délai de trois mois maximum après son entrée au gouvernement.

Quant aux 71.872 euros net qu’Auchan lui a versés en septembre, il s’agit d’indemnités de licenciement économique, selon l’entourage de Laurent Pietraszewski contacté par 20 Minutes. «Il a travaillé chez Auchan depuis 1990. En 2017, il était responsable des rémunérations et carrières au sein de la direction des ressources humaines d’Auchan. Après son élection, il a pris un congé sabbatique». Il n’était donc plus payé, mais restait dans les effectifs.

L’an dernier, il y a eu une réorganisation interne et son poste a été supprimé «, nous explique-t-on. Un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été déclenché, concernant donc au moins dix salariés, seuil fixé par la loi. » On lui a proposé un autre poste, qu’il a refusé, il a donc été notifié de son licenciement économique en mai, et a reçu ses indemnités après trois mois".

Il a laissé de mauvais souvenirs aux élus CFDT chez Auchan

Au tout début de sa carrière, lorsqu’il était directeur RH du magasin Auchan de Béthune (Pas-de-Calais), il a eu des échanges très tendus avec des délégués syndicaux. « J’ai été confronté, c’est le mot, à Laurent Pietraszewski en 2002 sur une affaire de mise à pied conservatoire d’une salariée, se souvient Guy Laplatine, actuel délégué syndical CFDT du groupe Auchan, auprès de 20 Minutes. Il l’accusait d’avoir donné un pain, d’une valeur de 80 centimes, à une cliente et voulait la virer. Mais c’était un prétexte car elle était déléguée syndicale CFDT. Ils lui sont tombés dessus, elle est repartie entre deux policiers et s’est retrouvée en garde à vue. »

Celui qui avait assisté à l’entretien préalable de la salariée accusée se souvient que « ça avait été très chaud, un collègue avait dû s’interposer entre nous ». La salariée avait finalement été réintégrée. Contacté par L'Humanité en 2017, le député avait confirmé les faits.

Pour autant, le syndicaliste qualifie cet épisode, survenu il y a plus de dix-sept ans, d'« erreur de jeunesse » de la part du cadre, qui avait alors environ 36 ans. « Ensuite, on a eu des relations polies, normales. J’imagine qu’il a mis de l’eau dans son vin. Laurent Berger aura peut-être un petit sourire quand il va le rencontrer. C’est cocasse, il virait des gens de la CFDT, et maintenant il va négocier avec eux… », sourit Guy Laplatine.

Chef de file du groupe retraites de LREM

Laurent Pietraszewski travaille sur le dossier des retraites depuis deux ans. Membre du Conseil d'Orientation des retraites, il a aussi coordonné la trentaine de députés « ambassadeurs » de la réforme, chargés de concerter dans leurs territoires. C’est pour cela que son entrée au gouvernement « est un très bon choix », selon Monique Limon, député LREM de l’Isère et « ambassadrice » retraites.

« Il est légitime car il connaît très bien le sujet. Il coordonne notre groupe d’une manière très agréable, franche, et avec une humeur égale », développe la parlementaire. « Il a le dialogue social dans la peau, de par son expérience professionnelle et sa capacité d’écoute » sera un atout lors les discussions avec les partenaires sociaux, alors que le mouvement de contestation du projet du gouvernement en est à sa 14e journée.

Son prédécesseur Jean-Paul Delevoye l’a adoubé ce mercredi : la « première qualité » de Laurent Pietraszewski « c’est [qu’il] maîtrise le dossier et [qu’il] connaît aussi la réaction des citoyens sur le terrain ».