Trains à Noël : Pour Philippe Martinez, « si le gouvernement retire son projet », alors « tout se passera bien »

GRÈVE DES TRANSPORTS « Sinon, les grévistes décideront de ce qu’ils ont à faire jeudi ou vendredi » a averti le secrétaire général de la CGT

20 Minutes avec AFP

— 

Philippe Martinez lors d'une manifestation à Paris, le 10 décembre 2019.
Philippe Martinez lors d'une manifestation à Paris, le 10 décembre 2019. — Christophe Ena/AP/SIPA

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a assuré dimanche qu’un arrêt de la grève des transports avant Noël était possible « si le gouvernement retire son projet » de réforme des retraites, « sinon, les grévistes décideront de ce qu’ils ont à faire jeudi ou vendredi ».

« Si le gouvernement retire son projet et (qu') on discute sérieusement sur comment améliorer le système (…) et bien tout se passera bien. Sinon, les grévistes décideront de ce qu’ils ont à faire jeudi ou vendredi », a déclaré sur BFMTV Philippe Martinez dont l’organisation, majoritaire à la SNCF, est en pointe de la mobilisation depuis le 5 décembre.

Pour Edouard Philippe, « il faudra que chacun prenne ses responsabilités »

« La République ne peut pas subir de chantage. Aujourd’hui, ceux qui font grève, ou en tout cas, ceux qui empêcheraient les trains de rouler ou les avions de décoller ce n’est pas le gouvernement », a réagi Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, également présent sur le plateau sur BFMTV.

Reconnaissant un droit à faire grève et à manifester, Gérald Darmanin a cependant accusé les grévistes « d’empêcher les gens de vivre normalement ». « Il y a plein de gens (…) qui vivent aujourd’hui dans des conditions inacceptables, des gens qui ne prennent pas de pause déjeuner pour reprendre le train de banlieue, des plongeurs dans des restaurants qui mettent trois heures pour venir à Paris (…) parce qu’ils subissent les grèves », a-t-il déclaré.

Dans l’édition du Parisien de ce dimanche, le Premier ministre Edouard Philippea appelé les grévistes à prendre leurs « responsabilités ». « Je vois bien que tout le monde voit arriver Noël avec inquiétudes. Noël, c’est un moment important. Mais il faudra que chacun prenne ses responsabilités. Je ne crois pas que les Français accepteraient que certains puissent les priver de ce moment », a déclaré le chef du gouvernement.