Royaume-Uni : Un enfant malade forcé de dormir par terre aux urgences, Boris Johnson embarrassé en pleine campagne

SANTÉ PUBLIQUE « Je suis fâchée du manque de financement et du manque de lits parce qu’on laisse tomber nos enfants », a déclaré la mère du petit garçon de 4 ans

20 Minutes avec agences

— 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson. — Frank Augstein/AP/SIPA

Boris Johnson a été mis dans l’embarras ce lundi par la publication d’une photo d’un enfant malade allongé par terre dans un hôpital. Le cliché a été partagé à seulement trois jours des élections législatives britanniques.

La photo de Jack, ce petit garçon de 4 ans, a fait la Une du tabloïd The Daily Mirror. L’enfant, présentant des symptômes de pneumonie, a été emmené en ambulance aux urgences d' un hôpital de Leeds (nord de l’Angleterre). Il a ensuite dû attendre plusieurs heures couché par terre avant d’être examiné.

« On laisse tomber nos enfants »

L’expérience a été tellement traumatisante que sa maman envisage de « voter travailliste pour la première fois » de sa vie, a-t-elle confié au Daily Mirror. Ce parti se bat en effet contre les coupes budgétaires dans le service de santé britannique (NHS), un enjeu majeur de la campagne en cours.

« Je suis fâchée du manque de financement et du manque de lits parce qu’on laisse tomber nos enfants », s’est insurgée la mère de famille. Son fils a ensuite dû attendre cinq heures de plus sur un brancard, avant d’être finalement diagnostiqué avec une grippe et une angine.

Le ministre de la Santé « horrifié »

Sur la radio LDC, le Premier ministre Boris Johnson a assuré « compatir beaucoup avec tous ceux qui ont eu une mauvaise expérience » avec le NHS. Il a présenté ses excuses, renouvelant sa promesse de campagne d’investir massivement dans la santé.

Le dirigeant conservateur s’est ensuite emparé du téléphone d’un journaliste qui l’interviewait et souhaitait lui montrer la photo de l’enfant. Selon les images de l’interview, il a fini par regarder le cliché « terrible » et par rendre son téléphone au reporter en s’excusant à nouveau.

Le ministre de la Santé Matt Hancock, interviewé sur la BBC, s’est dit « horrifié » par la situation et a assuré qu’il voulait « améliorer » la situation du NHS. Dépêché ce lundi à l’hôpital de Leeds, il a été chahuté par un petit groupe de manifestants criant notamment « honte à vous ».