Réforme des retraites : Jean-Paul Delevoye et le monde de l’assurance, des liens « oubliés » dans la déclaration d’intérêts

ACCROC Il occupe un poste d’administrateur bénévole à l’Ifpass

L.Gam.

— 

Jean-Paul Delevoye, le 28 novembre 2019, à Paris.
Jean-Paul Delevoye, le 28 novembre 2019, à Paris. — Jacques Witt / SIPA pour 20 Minutes

C’est une action bénévole. Mais quand même. Y a-t-il conflit d’intérêts pour Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire aux retraites alors qu’il a « oublié » de préciser ses liens avec un institut de formation de l’assurance ? « C’est une omission par oubli », a déclaré le principal intéressé au Parisien/Aujourd'hui en France dimanche, lui qui est entré au gouvernement début septembre et qui a donc dû se soumettre à la désormais traditionnelle  déclaration d’intérêts publiée sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), samedi.

Dans cette déclaration, il déclare donc tous ses revenus, de son salaire de ministre délégué à 10.135 euros brut à sa fonction de président du think tank Parallaxe, en passant par ses pensions de retraite liées à d’anciennes fonctions. Même son poste bénévole de président d’une association des orchestres nationaux, appelée la Chartreuse de Neuville est mentionné au point 6 de sa déclaration, celle qui concerne « les fonctions bénévoles susceptibles de faire naître un conflit d’intérêts ».

« Je reconnais que ce n’est pas responsable. »

Mais de son poste d’administrateur de l’Ifpass, l’Institut de formation de la profession de l’assurance depuis 2016, il n’y a pas une trace. « A l’Ifpass, c’est une fonction bénévole, je n’y vais quasiment jamais, car je n’ai pas le temps. Je ne connais rien dans le domaine de la formation des assureurs », assure-t-il au Parisien. « Je reconnais que ce n’est pas responsable. », a-t-il aussi ajouté dimanche.

Que compte-t-il faire pour réparer cet « oubli » dans sa déclaration d’intérêts ? « J’ai rempli moi-même cette déclaration. S’il y a incompatibilité, je vais rectifier cela et démissionner de ce mandat exercé de façon extrêmement faible. Mais je le reconnais, j’ai fait une erreur. »