Retraites : Xavier Bertrand juge la méthode de l’exécutif « catastrophique »

CRITIQUE Le président de la région Hauts-de-France se dit en faveur d’une réforme des retraites, « mais une autre réforme qui pose comme base le pouvoir d’achat »

20 Minutes avec AFP

— 

Xavier Bertrand, au conseil régional à Lille, le 11 octobre 2019.
Xavier Bertrand, au conseil régional à Lille, le 11 octobre 2019. — ERIC DESSONS/JDD/SIPA

La méthode de l’exécutif pour conduire sa réforme des retraites est « catastrophique », juge dans une interview samedi le président de la région Hauts-de-France  Xavier Bertrand, en mettant directement en cause le président Emmanuel Macron.

« On voit bien qu’il hésite entre pourrissement et passage en force, ou alors une réforme mi-figue mi-raisin qui n’en serait pas une », affirme au Parisien l’ancien ministre sarkozyste, qui a quitté LR en 2017.

« Un cas d’école d’amateurisme »

« Dans ce cas, Emmanuel Macron réformateur, c’est fini », poursuit-il. « C’est grave, car les Français sont pourtant prêts à des mesures courageuses, mais ils veulent une réforme juste. Là, ils pensent qu’ils vont devoir travailler plus longtemps pour toucher moins de pension, et ça, c’est inacceptable. Quant à la méthode, catastrophique, elle restera comme un cas d’école d’amateurisme : c’est le président lui-même qui a semé le trouble en tergiversant sur l’âge pivot, puis en évoquant la "clause du grand-père". Il a réussi à faire peur à 30 millions d’actifs ! Il doit répondre à leur colère. »

L’exécutif est sous pression après une mobilisation massive dans la rue jeudi (plus de 800.000 manifestants selon le ministère de l’Intérieur), un nouvel appel à une grande journée de grèves et manifestations mardi, et alors que le trafic RATP et SNCF est très réduit depuis deux jours.

Interrogé par Le Parisien, Xavier Bertrand se dit en faveur d’une réforme des retraites, car « le statu quo est impossible, mais une autre réforme qui pose comme base le pouvoir d’achat ». Selon lui, « il doit y avoir une règle d’or garantissant aux retraités que leur niveau de vie ne baissera pas. »