Grève du 5 décembre : Les politiques soignent leur agenda pour occuper le terrain

COM' Emmanuel Macron a dû revoir son agenda de la semaine et Edouard Philippe prévoit un déplacement sur le thème de la grève ce jeudi

Laure Cometti

— 

Emmanuel Macron à l'Elysée.
Emmanuel Macron à l'Elysée. — Bertrand GUAY / AFP
  • La mobilisation contre la réforme des retraites ce jeudi s’annonce importante.
  • Les politiques ont anticipé et souhaité alléger leur agenda afin de pouvoir occuper le terrain médiatique le jour J. Afin de ne pas paraître en décalage avec l’actualité sociale.
  • Emmanuel Macron et tout le gouvernement seront réunis en Conseil des ministres et les ministres ont été encouragés à faire des déplacements sur le thème de la mobilisation sociale.

Surtout, ne pas passer à côté de la grève. Alors que le mouvement social démarrant ce jeudi est annoncé depuis plusieurs semaines, les membres de l’exécutif et les chefs de file de l’opposition ont dû revoir leur agenda du 5 décembre, et des jours suivants, le mouvement étant reconductible.

Leur objectif : occuper le terrain médiatique pour ne pas avoir l’air en décalage alors que des millions de Français sont appelés à faire grève contre la réforme des retraites, et que tout le pays sera concerné par les perturbations dans les transports ou les écoles notamment.

Pas de déplacement à l’étranger pour Macron et Philippe

Dimanche, tout le gouvernement s’est réuni pour faire le point sur la communication à adopter autour de cette réforme, et « caler les sorties des ministres jeudi », indique Matignon. Le Premier ministre a aussi encouragé les membres du gouvernement à faire des déplacements.

L’agenda international d’Emmanuel Macron était bien rempli cette semaine. L’Elysée a décidé de l’alléger : le président ne s’est donc pas rendu à la COP 25 à Madrid en Espagne, dimanche et mardi derniers. Il s’est fait remplacer par Edouard Philippe. Le chef de l’Etat est tout de même allé à Londres pour assister au sommet de l’OTAN mardi et mercredi. Ce jeudi, il sera à Paris pour présider notamment le Conseil des ministres hebdomadaire. Il n’a aucun déplacement de prévu.

En 2018, alors que la manifestation du 1er-Mai avait dégénéré, le déplacement d’Emmanuel Macron à Sydney en Australie avait suscité des critiques de l’opposition. Interrogé sur ce voyage en plein mouvement social, il s'était défendu​ d’esquiver les manifestations : « Il n’y a pas de jour férié quand on est président ».

Occuper le terrain

Même chose pour Edouard Philippe : le Premier ministre sera à Paris. Il se consacrera exclusivement au sujet de la grève ce jeudi, nous confirme son cabinet, qui réfléchit à un déplacement sur ce thème. « Il ne fera aucune sortie sur un autre sujet », assure son entourage.

Le secrétaire d’Etat en charge des Transports sera lui aussi sur le pont. Selon L'Express, l’agenda de Jean-Baptiste Djebbari des 5 et 6 décembre est bloqué depuis plusieurs semaines. « On va suivre les grèves de près, en lien avec la cellule de crise [de la SNCF]. En fonction du déroulement et de l’intensité de la mobilisation, on ira sur les lieux opportuns afin de répondre aux attentes des usagers et des employés de la RATP et de la SNCF », indique son cabinet à L’Express.

Marine Le Pen annule un voyage aux Antilles

Dans l’opposition aussi, les agendas sont chamboulés. Deux semaines avant le jour J, Marine Le Pen a décidé d’annuler son déplacement aux Antilles. La présidente du Rassemblement national devait passer deux jours en Guadeloupe, puis deux en Martinique, du 10 au 13 décembre prochain.

« Nous préférons ne pas nous éloigner de Paris dans le contexte des gros mouvements sociaux annoncés dès le 5 décembre. Si ça chauffe ici et qu’on est là-bas, c’est absurde », nous explique son entourage. Un choix aussi motivé par le soutien de Marine Le Pen à la grève contre la réforme d’Emmanuel Macron, affiché  lors d'un entretien à 20 Minutes.