Les députés veulent interdire les promotions du « Black Friday »

CONSOMMATION Adopté dans la nuit de lundi à mardi dans le cadre du projet de loi antigaspillage, cet amendement doit encore être examiné dans l’hémicycle à partir du 9 décembre

20 Minutes avec AFP

— 

Une affiche pour le Black Friday à Paris, le 23 novembre 2018.
Une affiche pour le Black Friday à Paris, le 23 novembre 2018. — AFP

Les députés s’en prennent au « Black Friday ». Réunis en commission, ce mardi, les élus ont donné leur feu vert à l’interdiction de cette campagne de promotions, qui donne l’impression aux consommateurs de bénéficier de soldes, alors que ce n’est pas la période.

Adopté dans la nuit de lundi à mardi dans le cadre du projet de loi antigaspillage, cet amendement doit encore être examiné dans l’hémicycle à partir du 9 décembre. Il ne s’appliquera donc pas au « Black Friday » de ce vendredi, une manifestation commerciale importée des Etats-Unis et qui suscite souvent une frénésie d’achats.

Des « pratiques commerciales agressives »

C’est la députée non-inscrite et ancienne ministre de l’Ecologie Delphine Batho qui porte cette mesure et veut mettre fin au « Black Friday », au nom de la lutte contre la « surconsommation ». Les députés proposent d’intégrer la publicité du « Black Friday » aux « pratiques commerciales agressives », passibles d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 300.000 euros au plus.

« Le Black Friday célèbre un modèle de consommation antiécologique et antisociale », estime le député Matthieu Orphelin (ex-LREM), proche de Nicolas Hulot​. Lundi sur BFM Business, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a mis en garde contre la « frénésie de consommation » liée au Black Friday et critiqué son impact négatif sur l’environnement.

« Block Friday »

Sous le slogan « Block Friday », des groupes de militants écologistes comme Extinction Rebellion, Youth for climate ou Attac ont prévu des actions un peu partout en France vendredi pour dénoncer « la grande braderie de la planète » que représente selon eux le « Black Friday ».

Les jeunes militants pour le climat de Youth for climate promettent sur Twitter « une grosse action de désobéissance civile » dans Paris. Lundi soir, les députés ont par ailleurs voté un amendement du MoDem Jimmy Pahun, visant à interdire la « mention biodégradable » ou « respectueux de l’environnement » sur les produits et les emballages, car ces critères ne correspondent selon lui à « aucune définition fiable ».