La majorité est bien «embêtée» par le refus du Sénat de changer la loi SRU

POLITIQUE François Fillon a laissé entendre que la disposition ne serait pas enterrée...

V.G. (avec agence)

— 

La ministre du Logement Christine Boutin s'est rendue dans la froide nuit de vendredi à samedi au Samu Social, le "115", et dans des centres d'accueil pour les sans domicile fixe où elle a rencontré bénévoles et salariés des associations, a constaté une journaliste de l'AFP.
La ministre du Logement Christine Boutin s'est rendue dans la froide nuit de vendredi à samedi au Samu Social, le "115", et dans des centres d'accueil pour les sans domicile fixe où elle a rencontré bénévoles et salariés des associations, a constaté une journaliste de l'AFP. — Franck Fife AFP

C'est le «couac» de la rentrée. Les députés UMP sont «bien embêtés» par le refus massif des sénateurs de modifier la loi SRU astreignant les communes de plus de 3.500 habitants à 20% de logements sociaux, a reconnu mardi le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé.

Le Sénat a supprimé, par 314 voix contre 21, dans la nuit de lundi à mardi, un article du projet de loi sur le logement de Christine Boutin, qui visait à comptabiliser l'accession sociale à la propriété dans le quota de 20% de logements sociaux.

Fillon ne laisse pas tomber Boutin

François Fillon a volé ce mardi au secours du projet de loi Boutin: «Le gouvernement dialoguera avec le Parlement sur ce sujet», a déclaré le Premier ministre, en laissant entendre que la disposition ne serait pas enterrée. «Je vais d'abord réserver ma position aux parlementaires», a dit Fillon, «mais la position du gouvernement est connue, elle était dans le texte qui a été adopté par le Conseil des ministres».

Le sénateur PS Thierry Repentin, orateur de son groupe sur le projet de loi sur le logement, a appelé Christine Boutin, «à respecter le vote des parlementaires», et les députés «à se joindre à la position des sénateurs».