Municipales 2020 à Lyon : Gérard Collomb demande à Emmanuel Macron de « faire un effort supplémentaire »

ELECTIONS Le maire LREM de Lyon demande une nouvelle intervention du président de la République afin que les députés marcheurs qui soutiennent David Kimelfeld rentrent dans le rang

Elisa Frisullo

— 

Gérard Collomb etr Emmanuel Macron en mai 2017.
Gérard Collomb etr Emmanuel Macron en mai 2017. — Jacques Witt/SIPA

Emmanuel Macron est déjà intervenu en sa faveur. Mais Gérard Collomb en exige davantage. Ce mardi matin, le maire de Lyon, candidat investi par LREM pour les élections métropolitaines de 2020, a demandé au président de la République de « faire un effort supplémentaire » lors d’un entretien sur LCI.

« Je pense qu’il pourrait faire un effort supplémentaire en demandant aux députés macronistes de soutenir totalement ma candidature. J’ai des députés qui n’ont pas pris parti pour moi. Si le président de la République leur demandait de faire un effort, à mon avis, ils le feraient », a estimé Gérard Collomb, qui a finalement obtenu l’investiture du parti présidentiel face à son ancien protégé David Kimelfeld, devenu candidat dissident.

De plus en plus isolé

Ce dernier, qui a pris le relais de Gérard Collomb à la métropole de Lyon lorsqu’il a rejoint le ministère de l’Intérieur, a en effet maintenu sa candidature pour les élections de 2020, malgré le choix de LREM. Autre ancien fidèle de Collomb, Georges Képénékian, qui avait assuré l’intérim à la mairie de Lyon le temps de son passage place Beauvau, a également rejoint David Kimelfeld et a présenté sa candidature pour prendre la tête de l’hôtel de ville en 2020, alors qu’aucun candidat LREM n’a encore été investi.

La semaine passée, onze conseillers municipaux lyonnais, parmi lesquels des adjoints de Collomb, ont officialisé leur soutien à Kimelfeld et Képénékian en annonçant la création d’un nouveau groupe politique à la ville de Lyon : « Progressistes et républicains ». « Ce sont des députés élus dans la vague du président de la République. Des députés que j’ai aidés à l’époque à faire élire. Je n’ai pas ménagé mon temps pour aller sur tous les terrains de manière à ce qu’ils soient élus. Je pense il serait normal qu’aujourd’hui ils supportent ma candidature », a ajouté ce mardi le maire de Lyon.

Un message qui risque bien d’avoir peu d’effet sur ses anciens proches. Ce mardi matin, peu après l’intervention du maire sortant sur LCI, la députée du Rhône LREM Anne Brugnera a annoncé son soutien à Georges Képénékian, tournant définitivement le dos à Gérard Collomb. « J’ai la conviction que Georges Képénékian est le seul candidat de notre famille politique en mesure de porter nos valeurs pour les élections municipales de mars prochains », a déclaré la marcheuse, soucieuse de « participer à la construction d’un nouveau projet pour Lyon. »