Islam : Mélenchon accuse Macron de « mettre de l’huile sur le feu »

DECLARATION Invité à la radio, Jean-Luc Mélenchon a notamment accusé le président d’alimenter la polémique sur le port du voile

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon lors d'une manifestation à Paris, le 24 septembre 2019.
Jean-Luc Mélenchon lors d'une manifestation à Paris, le 24 septembre 2019. — Vincent Loison/SIPA

« Faisons attention, il y a des gens qui jouent avec le feu dans ce pays », a affirmé Jean-Luc Mélenchon, invité dimanche sur France Inter et France Info. « Le président a jeté de l’huile sur le feu. C’est lui qui a appelé à la société de vigilance », a poursuivi le député des Bouches-du-Rhône.

Ce dernier a également estimé qu’Emmanuel Macron avait « montré du doigt la culpabilité des musulmans » dans l'attaque de la préfecture de police de Paris menée par un musulman soupçonné de s’être radicalisé, mais dont les motivations n’ont pas encore été établies. « Il faut arrêter de montrer du doigt les musulmans », a-t-il ajouté, regrettant « cette haine des musulmans, cette stigmatisation d’une religion ».

Le problème, « c’est l’emploi »

Interrogé sur le communautarisme musulman, le chef de La France Insoumise a déclaré qu’il « avait toujours été un problème par rapport à l’idée républicaine », avant de tempérer. « En même temps, on ne peut pas dire que c’est une menace » en France, a-t-il ajouté. Jean-Luc Mélenchon a critiqué « le communautarisme épais, violent », et selon lui « agressif » à son égard du Crif (Conseil représentatif des instances juives de France). Mais « est-ce que vous diriez que le Crif menace l’unité de la République ? Non », a-t-il ironisé. Pour lui, la solution pour ne plus parler d’immigration comme d’un problème, « c’est l’emploi ». Car, dit-il, « le problème, ce n’est pas le voile. Ce sont les dividendes excessifs donnés aux actionnaires. C’est le mépris pour le peuple ».

« Avec le mépris de classe qu’affiche Emmanuel Macron, il est certain que tous les jours il remplit le seau de » la cheffe du Rassemblement national Marine Le Pen. Jean-Luc Mélenchon s’en est également pris au « vide » de cette dernière. « De ce point de vue, elle est très performante. C’est une femme qui ne parle jamais, qui ne vient pas à l’Assemblée, qui ne s’exprime pas, c’est une balise vide », a-t-il dit. De son côté, le vice-président du RN Jordan Bardella a accusé Jean-Luc Mélenchon de se rallier au Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) qui est, selon lui, « une organisation islamiste, qui est le cheval de Troie de l’islamisme en France ». Selon lui, Jean-Luc Mélenchon fait partie des « partisans du communautarisme et de la partition de la société française ».