« Comique », « intéressant »… Ce que les socialistes pensent du livre de François Hollande

CLUB DE LECTURE L’ancien président publie ce mercredi un livre avec des propositions de réforme des institutions

Laure Cometti

— 

François Hollande à Rennes, le 28 mars 2019.
François Hollande à Rennes, le 28 mars 2019. — Mathieu Pattier/SIPA
  • L’ancien président François Hollande plaide pour la mise en place d’un « véritable régime présidentiel », dans Répondre à la crise démocratique, en librairie ce mercredi.
  • 20 Minutes a demandé à plusieurs cadres du Parti socialiste ce qu’ils pensent des propositions de l’ancien chef de l’Etat et de sa volonté de peser dans le débat politique à travers ce livre.
  • S’ils n’adhèrent pas à toutes les mesures suggérées par François Hollande, certains socialistes trouvent l’ouvrage utile, quand d’autres le trouvent « stupéfiant ».

Un livre par an. Depuis qu’il a quitté l’Elysée, François Hollande a adopté ce rythme de croisière. Après les Leçons du pouvoir (2018), il publie ce mercredi Répondre à la crise démocratique*, alors qu’un prochain ouvrage (pour enfants) est déjà programmé pour février 2020. Dans son dernier opus, l’ancien président socialiste fait état d’un « malaise démocratique » et présente ses mesures pour réformer les institutions de la Ve République et instaurer un « véritable régime présidentiel ». Dans sa famille politique, l’ouvrage ne suscite qu’un enthousiasme très relatif, ou prudent, voire de l’agacement pour certains.

Passer du quinquennat au sextennat présidentiel, réduire à quatre ans la durée du mandat des parlementaires, supprimer le poste de Premier ministre… Sur le fond, les propositions de François Hollande ne séduisent pas forcément les socialistes.

Des propositions qui ne convainquent pas

« Il fait le choix d’un régime plutôt présidentiel, alors que je préfère un régime parlementaire », note Boris Vallaud, député socialiste des Landes, qui partage toutefois « le constat d’un essoufflement de la Ve République » et trouve l’ouvrage « intéressant ». « Historiquement, les socialistes sont plutôt de culture parlementaire », ajoute le porte-parole du groupe à l’Assemblée.

Bernard Cazeneuve a pris ses distances avec ce nouvel opus, se disant « un petit peu en décalage avec [François Hollande] ». « Nous n’avons pas besoin de fragiliser ces institutions qui nous ont permis dans des moments bien difficiles d’affronter bien des épreuves », a déclaré l’ancien ministre de l’Intérieur sur RTL ce mercredi.

« Un homme politique ne se juge pas à ses livres »

« Qu’il écrive un livre sur les institutions en proposant de renforcer le Parlement, c’est juste stupéfiant ! Ou comique ! » s’exclame Laurent Baumel, ancien député frondeur. « Il ne tenait qu’à lui de le faire lorsqu’il était au pouvoir, mais il a choisi d’imposer sa politique aux parlementaires à coup de 49-3 », poursuit le membre du bureau national du Parti socialiste (PS), à propos des lois dites Macron et El Khomri, deux textes pour lesquels le gouvernement de Manuel Valls a eu recours à cet article.

François Hollande propose désormais de supprimer cet article constitutionnel qui permet à l’exécutif de se passer de vote au Parlement pour faire adopter une loi. « J’observe avec joie que son jugement a changé, qu’il a réfléchi sur sa propre expérience », constate Jean-Christophe Cambadélis, ancien Premier secrétaire du PS. « Un homme politique se juge à ses actes, pas à ses livres. Or lorsque François Hollande était président il a brutalisé le Parlement », tranche Laurent Baumel.

Le spectre de l’éternel retour

Le livre de François Hollande a au moins le mérite de « nourrir le débat sur les institutions », souligne Jean-Christophe Cambadélis. Mais pour Laurent Baumel, il s’agit surtout d'« entretenir l’hypothèse d’un retour, dans la tradition des anciens présidents battus ou pas en mesure de se représenter ».

L’ancien chef de l’Etat est effectivement très présent dans les médias et il s’apprête à faire une tournée dans des universités. Avec des vues sur 2022 ? « Je pense qu’il voudra peser dans la prochaine présidentielle, mais sous quelle forme ? Je n’en sais rien », avance Jean-Christophe Cambadélis. « Tout cela est virtuel et fondamentalement inutile. Aujourd’hui, il n’y a plus de leadership socialiste et Hollande en joue. Mais il n’a aucune chance de revenir », estime Laurent Baumel.

*Editions Fayard, livre d’entretien avec le think tank Terra Nova.