Moselle : Le RN ajoute une candidate fantôme sur une affiche de campagne, la mannequin veut porter plainte

MAUVAISE PUB L’Italienne n’apprécie pas que son image ait été utilisée par le parti d’extrême droite

T.G.

— 

L'affiche de campagne du candidat RN à Forbach, Lucien Terragnolo.
L'affiche de campagne du candidat RN à Forbach, Lucien Terragnolo. — Capture d'écran
  • A Forbach, en Moselle, une affiche de campagne du candidat Rassemblement National fait beaucoup parler. Pourquoi ? Car Lucien Terragnolo figure à côté d’une femme, qui peut être assimilée à une colistière, alors que celle-ci ne l’est pas du tout.
  • Il s’agit en réalité d’une mannequin italienne, qui avait posé pour un studio photo. Le RN a acheté l’image et s’en est servi pour sa communication.
  • L’influenceuse a annoncé, via son avocat, sa volonté de porter plainte.

Sur l’affiche, elle a le sourire. Mary Falconieri se tient à la droite de Lucien Terragnolo, le candidat Rassemblement National à la mairie de Forbach, et son directeur de campagne, Philip Derleder. Seul petit souci : l’Italienne ne connaît pas ses deux voisins…

Pourquoi la mannequin s’est-elle retrouvée sur ce montage ? La réponse a été trouvée par Florian Philippot mi-octobre. Lui aussi candidat aux municipales de cette commune de Moselle, le président des Patriotes a révélé que la photo de la jeune femme était « issue d’une banque d’images anglo-saxonne ». Et a pointé les pratiques de son concurrent RN qui fait passer Mary Falconieri « pour une colistière ».

« Je n’ai jamais dit ni écrit qu’il s’agit d’une colistière », lui a répondu Lucien Terragnolo dans Le Républicain Lorrain, qui a confirmé que le cliché avait bien été acheté sur le site Adobe Stock. « L’idée était de montrer la diversité de notre mouvement, la jeunesse. Nous voulions symboliser l’esprit d’équipe… », s’est-il encore justifié.

« Le document s’arrache, en fait c’est un succès »

L’affaire aurait pu s’arrêter là. Mais, jointe par Le Parisien, l’influenceuse aux 250.000 abonnées sur Instagram a réagi. « Honnêtement, je ne veux pas être associée à quelque chose qui ne me concerne pas », a expliqué Mary Falconieri, qui a contacté son avocat. Ils envisagent des suites judiciaires. « Nous sommes prêts à engager une procédure contre ce parti pour avoir associé l’image de ma cliente à une campagne politique qui n’a rien à voir avec elle », a lancé Me Giuseppe Matteo Schiavello.

En attendant, la campagne se poursuit. Et le tract avec le fameux montage continue d’être distribué. « Le document s’arrache. En fait, c’est un succès. Les gens me reconnaissent et me soutiennent. Je crois que Florian Philippot et ses Patriotes viennent de se tirer une balle dans le pied avec cette histoire », s’est félicité Lucien Terragnolo dans Le Républicain Lorrain.