Municipales 2020 à Grenoble : Le maire écologiste EELV Eric Piolle prône des « projets communs » pour la gauche

ELECTIONS Pour Eric Piolle, l’objectif est que le « bloc humaniste » soit au-delà des 20 % face au bloc « ultra-libéral » au pouvoir et à celui de l’extrême-droite

20 Minutes avec AFP

— 

Eric Piolle, le maire EELV de Grenoble pourra-t-il regagner son siège en 2020?
Eric Piolle, le maire EELV de Grenoble pourra-t-il regagner son siège en 2020? — P. Desmazes/ AFP

Le seul maire écologiste d’une grande ville en France, Eric Piolle, candidat à sa succession à Grenoble, a appelé dimanche à « rester très humble » pour les municipales, prônant pour des « projets communs » citoyen et à gauche.

« Je ne suis pas pour des alliances de principe entre partis, mais pour la construction d’un projet commun » afin de franchir « une grande étape », celle de transformer l’essai après le bon score des écologistes aux européennes (13,5 %), a plaidé Eric Piolle sur France Inter.

« Travail d’humilité »

L’objectif pour lui est que le « bloc humaniste » soit au-delà des 20 % face au bloc « ultra-libéral » au pouvoir et à celui de l’extrême-droite. « Nous avons ce travail d’humilité pour sortir de cette histoire de lanceurs d’alerte et de contre-pouvoir et venir composer un projet avec d’autres (…). Cela marchera sans doute mieux que si on dit à tout le monde : « Venez vous mettre derrière notre grand panache vert »», a-t-il ajouté.

Car à Grenoble, rappelle-t-il, « ce ne sont pas les écolos qui ont gagné » mais une équipe composée de citoyens, d’associations et de militants du Front de gauche et d’EELV. Après son succès aux européennes, EELV est ambitieux pour les municipales. Les listes menées par un écologiste sont donc encouragées, même si demeure le sacro-saint principe de « subsidiarité » qui laisse décider les militants locaux.

Bordeaux, Besançon, Nantes, Villeurbanne, Toulouse ou encore Perpignan font partie des cibles.