La France attendra encore une semaine pour rattraper son retard dans le numérique

POLITIQUE Nicolas Sarkozy devait présenter ce lundi le plan «Numérique 2012» pour combler le retard de la France dans ce secteur clé...

Avec agence

— 

Un transfuge du parti socialiste, Eric Besson, qui a démissionné avec fracas en pleine campagne présidentielle en France, s'est lancé dans un combat acharné aux côtés du favori Nicolas Sarkozy contre la socialiste Ségolène Royal, dont il a juré la perte.
Un transfuge du parti socialiste, Eric Besson, qui a démissionné avec fracas en pleine campagne présidentielle en France, s'est lancé dans un combat acharné aux côtés du favori Nicolas Sarkozy contre la socialiste Ségolène Royal, dont il a juré la perte. — Dominique Faget AFP

Après la croissance verte, la croissance 2.0? Nicolas Sarkozy devait présenter ce lundi le plan «Numérique 2012» pour combler le retard de la France dans ce secteur clé pour la croissance au moment où celle-ci pique du nez, en dopant notamment l'internet haut débit ou encore en accompagnant le passage à la télévision numérique.

Mais pour cause d'emploi du temps surchargé sur fond de crise financière, le discours a été repoussé d'une semaine. Un nouveau contretemps pour le plan d'Eric Besson, le secrétaire d'Etat au Développement de l'économie numérique, qui devait être initialement publié à la fin juillet.

Objectif: faire de la France à horizon 2012 «une puissance numérique à l'égal des économies les plus dynamiques de notre planète». L'Hexagone est aujourd'hui à la traîne, avec une part de l'économie numérique dans le PIB de 6%, contre 13% aux Etats-Unis et 17% en Corée.

Un demi-point de croissance

L'enjeu est d'autant plus crucial que le numérique pourrait permettre, selon les acteurs du secteur, de relancer l'économie française avec un potentiel «d'au moins un demi-point de croissance supplémentaire» et la création de centaines de milliers d'emplois. Un atout non négligeable alors que la France est menacée de récession.

Le plan de développement de l'économie numérique vise à atteindre les objectifs fixés par Nicolas Sarkozy en mars: porter d'ici 2010 à 70%, contre 55% actuellement, la part des ménages équipés d'un ordinateur et connecter 99% des Français à l'internet à haut débit avant 2012 (contre 44% fin 2007).

Aides pour les foyers modestes

Le dossier de la télévision numérique terrestre (TNT) devrait également être abordé. Décision très attendue, Nicolas Sarkozy va trancher la question stratégique du dividende numérique, ces fréquences hertziennes qui seront libérées par l'arrêt de l'analogique, programmé avant fin 2011.

Une partie d'entre elles seront vraisemblablement attribuées aux opérateurs télécoms, ainsi que l'ont proposé la commission parlementaire sur le dividende numérique et l'autorité de régulation des télécoms (Arcep). Le gouvernement devrait par ailleurs annoncer des aides pour les foyers les plus modestes, comme la subvention de l'achat de décodeurs TNT.