Manifestation anti-PMA: Bellamy, Larrivé, Collard... Des élus LR et RN dans le cortège à Paris

POLITIQUE Deux des trois candidats à la présidence des Républicains étaient notamment présents...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation contre le projet de loi d'extension de la PMA à Paris.
Manifestation contre le projet de loi d'extension de la PMA à Paris. — Lucas BARIOULET / AFP

Quelques responsables LR et RN ont participé à la marche contre la PMA pour toutes, dimanche à Paris, dont deux des trois candidats à la présidence des Républicains, alors que cette mesure incluse dans le projet de loi bioéthique divise le parti de droite.

«On ne veut pas se réveiller dans quelques semaines, dans quelques mois, dans un monde transhumaniste», a estimé, dimanche sur LCI, Guillaume Larrivé, député LR de l'Yonne et candidat pour l'élection à la présidence des Républicains, dont le premier tour se tiendra les 12 et 13 octobre.

Aubert et Larrivé présents, mais pas Jacob, favori pour prendre la tête de LR

«Je crois qu'on a le droit d'avoir des convictions diverses mais je crois qu'on doit avoir un débat serein et surtout honnête», a dit devant les médias Julien Aubert, député du Vaucluse et également candidat à la tête du parti.

Bien qu'opposé à un élargissement de la PMA, Christian Jacob, favori du scrutin pour la présidence LR, avait annoncé qu'il ne manifesterait pas, comme la plupart des responsables de droite. De même que la cheffe du Rassemblement national Marine Le Pen. «C'est d'abord le droit de l'enfant qui doit primer et non pas d'abord le désir de l'adulte», a estimé pour sa part François-Xavier Bellamy, eurodéputé LR, interrogé par CNews dans le cortège de la marche.

«Bien sûr, le désir d'enfant est légitime, bien sûr il est respectable, mais nous sommes venus (...) pour dire simplement, de façon paisible, que nous n'avons pas le droit de jouer les apprentis sorciers avec la condition humaine», a-t-il ajouté. Selon lui, «une personne seule, deux personnes de même sexe qui ne peuvent pas avoir d'enfant ne le peuvent pas, non pas parce qu'elles sont malades, mais parce qu'au fond c'est la condition humaine qui est marquée par cette limite».

Nicolas Bay ou Gilbert Collard manifestent aussi

«Créer de toutes pièces une situation où un enfant serait privé de son père, et privé même de la possibilité de connaître un jour son père, ça nous paraît être une régression absolument majeure», a réagi depuis le cortège Nicolas Bay, eurodéputé RN, sur LCI.

«On est en train de créer un bouleversement ontologique terrible qui aura des conséquences», a martelé Gilbert Collard, également eurodéputé RN, devant les médias. L'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules a été votée par les députés le 27 septembre, dans le cadre du projet de loi bioéthique dans lequel en cours d'examen à l'Assemblée nationale.