Réchauffement climatique : A Rodez, Emmanuel Macron défend son bilan environnemental

CLIMAT Emmanuel Macron a défendu son bilan environnemental, citant l’annonce de la fermeture des centrales à charbon et l’interdiction de toute nouvelle exploration et exploitation de carbure sur le territoire français

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron a défendu son bilan environnemental lors du débat sur la réforme des retraites,le 3 octobre 2019, à Rodez (Aveyron).
Emmanuel Macron a défendu son bilan environnemental lors du débat sur la réforme des retraites,le 3 octobre 2019, à Rodez (Aveyron). — ERIC CABANIS / POOL / AFP

En déplacement à Rodez (Aveyron) pour un débat sur la réforme des retraites, Emmanuel Macron a défendu son bilan environnemental. « J’ai besoin d’une indignation qui contribue » à la lutte contre le réchauffement climatique, a estimé le président français.

La politique du gouvernement en la matière « doit être un agenda de solutions maintenant, ça ne peut plus être un agenda d’incantations ou d’indignation », a-t-il déclaré.

Le réchauffement climatique « est au moins aussi important que les retraites »

« L’indignation de la jeunesse sur ce sujet, j’en ai besoin pour nous faire bouger tous collectivement. (…) J’ai besoin d’une indignation qui contribue », a répondu le président de la République à un étudiant qui lui reprochait de faire trop peu dans la lutte contre le réchauffement climatique et de se contenter de « hashtags » à ce sujet.

Le réchauffement climatique « est au moins aussi important que les retraites », a assuré le président de la République. Le jeune homme qui l’interrogeait s’étonnait que le gouvernement puisse réfléchir à une réforme des retraites dont la mise en place s’étendrait de 2025 à 2040 sans prendre en compte le réchauffement climatique.

La transition énergétique « ne se fait pas en un claquement de doigts »

« Vous m’avez fait un énorme tacle par derrière, disant que je ne faisais que des "hashtags" » mais « je ne vous laisserai pas dire qu’on ne fait rien », a répondu le président, citant parmi les avancées obtenues depuis son élection l’annonce de la fermeture de toutes les centrales à charbon et l’interdiction de toute nouvelle exploration et exploitation de carbure sur le territoire français.

La transition énergétique « ne se fait pas en un claquement de doigts », a ajouté Emmanuel Macron, qualifiant le parc nucléaire français de « chance ».