Loi bioéthique : La députée ex-LREM Agnès Thill rate de justesse le vote sur l’ouverture de la PMA pour toutes

A UNE MINUTE PRES La députée de l’Oise se trouvait dans les coursives de l'Assemblée nationale lors du vote de l’article ouvrant la PMA à toutes les femmes

S.A.
— 
La députée de l'Oise Agnès Thill.
La députée de l'Oise Agnès Thill. — Jacques Witt/SIPA

Imbroglio pour la députée Agnès Thill ce vendredi à l’Assemblée nationale. L’élue de l’ Oise, exclue en juin de LREM, a loupé le vote de l’amendement sur l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de lesbiennes. Une mesure phare du projet de loi sur la bioéthique, actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, à laquelle elle est farouchement opposée.

Que s’est-il donc passé ? Au moment du vote en première lecture, Agnès Thill se trouvait dans les coursives du Palais Bourbon. Et la députée n’a pas réussi à atteindre son siège [le 226] à temps dans l’hémicycle pour prendre part au scrutin, comme le montre cette vidéo partagée sur les réseaux sociaux.



L’élue de l’Oise a par ailleurs répondu à l’internaute, qui a mis ligne cette vidéo, qu’elle « avait voté contre » l'ouverture de la PMA pour toutes et que « quand on est dans la salle… si on s’est trompé de bouton allez savoir…. si on est là…. on peut corriger, faire savoir. Immédiatement ». Mais la « mise au point » de l’analyse du scrutin de vote évoquée ne sera pas effective car selon l’article 68, alinéa 4 du Règlement de l’Assemblée nationale « aucune rectification de vote n’est admise après la clôture du scrutin ».



Agnès Thill a réaffirmé son hostilité à l’ouverture de la PMA pour toutes après la publication des résultats définitifs (55 pour, 17 contre, 3 abstentions). Jeudi, lors de son discours à l’Assemblée lors de la discussion générale, elle avait défendu à nouveau ses positions.



L’ex-députée marcheuse pourra peut-être se rattraper sur d’autres amendements du projet de loi de bioéthique ou lors du second examen du texte, après son passage au Sénat. La ministre de la Santé Agnès Buzyn souhaite une adoption définitive du projet de loi avant l’été, ce qui permettrait un accès effectif de la PMA à toutes les femmes « immédiatement dès la loi promulguée ».