Mort de Jacques Chirac : Revivez avec nous la journée d’hommages à l’ancien président de la République

LIVE Revivez avec nous les réactions après le décès de Jacques Chirac, maire de Paris pendant vingt ans et chef de l’Etat pendant douze

R. G.-V. et M. A.

— 

Jacques Chirac lors de sa démission comme Premier ministre en août 1976.
Jacques Chirac lors de sa démission comme Premier ministre en août 1976. — AFP

L’ESSENTIEL

  • Jacques Chirac est mort, ce jeudi, à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux.
  • Il a été président de la République pendant douze ans, de 1995 à 2007, deux fois Premier ministre, trois fois maire de Paris, chef de parti et ministre à répétition.
  • Malade, il n’apparaissait plus en public depuis plusieurs années.
  • L’Assemblée nationale et le Sénat ont aussitôt observé une minute de silence.

A LIRE AUSSI

VIDEO

 

C’est la fin de ce live intense, près de sept heures après l’annonce du décès du cinquième président de la Ve République, Jacques Chirac. Mais nous reprenons tout de suite le fil des évènements en direct ici, avec ma collègue Sélène Agapé. Vous suivrez avec elle l’intervention du chef de l’Etat, Emmanuel Macron, à 20 heures, entre autres.

17h55 : Et le bilan de Jacques Chirac à Paris ? C’est Caroline Politi, de 20 Minutes Paris, qui s’en est chargée

 

17h39 : Quel bilan pour Jacques Chirac ? Thibaud Le Gal, de 20 Minutes, revient sur les deux mandats présidentiels

 

17h33 : La Tour Eiffel éteinte à partir de 21h00 ce soir en hommage à Jacques Chirac

« La Tour Eiffel fermera plus tôt » et « les ventes des billets cesseront vers 19h30 », pour permettre aux derniers visiteurs de partir avant que toutes les lumières soient éteintes, a ajouté la société. Jacques Chirac est mort jeudi matin à son domicile parisien à l’âge de 86 ans.

17h28 : « Je souhaite que nous méditions son message. »

Le décès d’un président de la République, ça n’arrive pas tous les jours. La dernière fois, c’était il y a presque vingt-quatre ans. Le 8 janvier 1996, François Mitterrand mourrait moins d’un an après avoir quitté l’Elysée. Ce soir-là, à 20 heures, c’est… Jacques Chirac, nouveau président de la République, qui lui avait rendu hommage, en direct, lors d’une allocution radiotélévisée. Ce soir, c’est Emmanuel Macron qui aura ce rôle-là, toujours à 20 heures. « A l’heure où François Mitterrand rentre dans l’histoire, je souhaite que nous méditions son message », avait dit Jacques Chirac, il y a près d’un quart de siècle.

 

17h20 : Christophe Castaner a tweeté son hommage

 

17h15 : La passion de Jacques Chirac pour les arts traditionnels des cultures non-occidentales racontée par Laure Baudonnet, de 20 Minutes

 

17h13 : Après l’ENA, c’est Sciences po Paris qui rend hommage à son prestigieux élève

 

17h07 : Jean-Paul Delevoye, chiraquien avant d’être macroniste

« Je m’étais engagé à ses côtés lors de la présidentielle de 1981. Il a fait ma carrière politique, en me demandant d’être ministre [de la Fonction publique] puis médiateur de la République », se souvient pour 20 Minutes Jean-Paul Delevoye, qui est désormais haut-commissaire chargé de la réforme des retraites dans le gouvernement d’Edouard Philippe. « Il avait cette vision gaulliste et gaullienne. Il a su demander à tous ceux qui ont travaillé avec lui l’amour de la France, le service de la France. Il y avait cette dimension humaine, sa grande empathie. Il avait besoin de chaleur humaine, de contacts humains et de moments de partage. »

En 1999, après la démission de Philippe Séguin de la présidence du RPR suite l’échec du parti eux européennes de la même année, Jacques Chirac soutien Jean-Paul Delevoye pour prendre la tête du parti. Il sera battu par Michèle Alliot-Marie.

17h05 : « Ils sifflent ? Je m’en vais. »

Si Jacques Chirac a été le président du premier titre mondial de l’équipe de France masculine de football, un autre évènement footballistique a été marquant, pendant son second mandat : les sifflets des supporteurs et supportrices bastiaises sur La Marseillaise lors de la finale de la Coupe de France, en 2005.

 

16h57 : Chirac, une certaine idée du cool par le service vidéo de 20 Minutes

Jacques Chirac ne fait pas l’unanimité, mais force est de constater qu’une partie de la population en avait fait une icône cool.

 

16h53 : Jacques Chirac, un président qui ne se laissait pas démonter

 

16h45 : Le Premier ministre Edouard Philippe « très ému et un peu nostalgique »

« Le décès de Jacques Chirac emplit la France de tristesse », a estimé le Premier ministre auprès du quotidien régional Paris Normandie. « Nous perdons un homme qui a compté dans la vie du pays. Et dans la mienne », a-t-il insisté.

16h32 : Comment se déroulent les obsèques des présidents français ?

On ne sait pas encore comment ni quand auront lieu les obsèques, à n'en pas douter nationales, de Jacques Chirac. Mais voici quelques pistes théoriques, par Oihana Gabriel de 20 Minutes

 

16h29 : Le ministre de la Culture, Franck Riester, dit « au revoir » à Jacques Chirac

 

16h16 : Le diapo photo de 20 Minutes sur Jacques Chirac est ici

 

16h06 : 20 Minutes revient sur toutes les affaires judiciaires que traînait Jacques Chirac

Et il y en avait pas qu’une ! Toute une carrière judiciaire qui s’était terminée, tout de même, par une condamnation, à du sursis, très tard dans la vie de Jacques Chirac.

 

16h02 : Chirac, « c’est une part de la France qui s’en va », dit Dominique de Villepin

Dominique de Villepin a été le secrétaire général de l’Elysée, soit le numéro deux de la présidence, pendant le premier mandat de Jacques Chirac. Il est ensuite devenu son ministre des Affaires étrangères (2002-2004), puis son ministre de l’Intérieur (2004-2005) et enfin son dernier Premier ministre (2005-2007).

15h57 : Le voyage de Jacques Chirac en Israël et notamment à Jérusalem en 1996 est resté mythique

 

15h52 : Chirac adorait l’Alsace, les journalistes de 20 Minutes Strasbourg racontent

 

15h42 : Le drapeau de l’Assemblée nationale est en berne

C’est ce que signale Maxence Kagni, journaliste à LCP.

 

15h40 : Son ami et fidèle politique, Jean-Louis Debré, parle d’un « homme de cœur »

« C’était mon ami. Il avait plusieurs personnalités. L’homme de cœur préoccupé par ses concitoyens, désireux de les écouter, de les comprendre en allant vers eux. Le fantastique homme de culture et d’humour, qui était une façon pour lui d’entrer en contact avec les gens », a déclaré l’ancien président du Conseil constitutionnel et de l'Assemblée nationale  à l’hebdomadaire Le Point.

Jean-Louis Debré a également salué un « grand combattant politique, dans les campagnes électorales, aussi bien nationales que départementales ou municipales, qui ne voulait pas rester enfermé dans son bureau ou dans la main des communicants, mais qui tenait au contact permanent avec les Français », et « un homme qui se livrait peu ».

15h37 : Il n’y en aura pas plus du côté de Jean-Marie Le Pen

« Mort, même l’ennemi a droit au respect », sera donc la seule réaction de Jean-Marie Le Pen, confirme son entourage à 20 Minutes. « Il n’y aura pas d’autre réaction aujourd’hui. La phrase est un peu rude, mais j’ai senti au moment où il me la dictait que le mot respect l’emportait sur le mot ennemi », indique son entourage à 20 Minutes.

15h33 : Chirac et les stars, une longue histoire d’amour, racontée par le service vidéo de 20 Minutes

 

15h31 : Laurent Wauquiez cite Chirac en hommage

L’ancien président de Les Républicains est toujours président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est devenu député UMP pour la première fois lors du second mandat de Jacques Chirac à l’Elysée, il était même un temps le benjamin de l’Assemblée.

15h29 : Roger Karoutchi raconte l’époque, à 20 Minutes

« On pouvait ne pas être d’accord avec lui, mais ses adversaires lui reconnaissaient un sens aigu de la République, de la Nation, la défense de la France dans le monde. Il a marqué à droite, bien sûr, mais aussi à gauche, le pays pendant plus de trente ans. Il ne fait pas partie seulement du monde politique, mais de tous les Français pendant trente ans », se souvient Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine, qui l’a connu au début du RPR en 1976. « Quand je pense à Jacques Chirac, j’ai l’image de congrès enthousiaste. C’était la France d’avant, quand les politiques pouvaient attirer en meeting 100.000 personnes dans une ferveur incroyable, avec des gens qui hurlaient « chichi ! ». Jacques Chirac embrassait tout le monde, serrait des mains. Il a été l’un des premiers a avoir un sens du contact aigu, dans les congrès, dans la rue, partout, cette proximité avec les gens. »

15h24 : Un long texte de réaction pour le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire

Sous le second mandat de Jacques Chirac, il avait été le collaborateur de Dominique de Villepin, dernier Premier ministre de sa présidence.

 

15h20 : Quels sont vos souvenirs de Jacques Chirac ? 20 Minutes vous lance un appel

 

15h17 : La première mention de Jacques Chirac dans un journal ? Probablement aux Etats-Unis

En 1955, il a 22 ans, et a été impressionné par le port de La Nouvelle-Orléans au point d’en changer son sujet de thèse. Jacques Chirac fera un long voyage aux Etats-Unis dans sa jeunesse, fait de petits boulots… et d’une belle rencontre. Il choisira finalement de rentrer à Paris et de se marier à la future Bernadette Chirac, rencontrée à Science Po.

 

15h14 : L’ancien otage Georges Malbruno « doit la vie » à Jacques Chirac

Le journaliste Georges Malbrunot, ex-otage en Irak, a rendu hommage à Jacques Chirac, décédé jeudi, en soulignant qu’il lui devait « probablement la vie ». « Hommage et respect à Jacques Chirac qui vient de mourir », a tweeté le grand reporter du Figaro. « Il restera dans l’histoire comme celui, clairvoyant, qui a su dire non à la folle aventure américaine en Irak en 2003. A titre personnel, je lui dois probablement la vie ». Les journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot avaient été retenus en otages pendant 124 jours en Irak, d’août à décembre 2004.

15h12 : Souvenez-vous, le 14 juillet 2002, l’attentat raté contre Jacques Chirac

 

15h09 : Les outre-mer sont en deuil, aussi, La 1ère fait un point sur les réactions

14h58 : Nicolas Dupont-Aignan y va de son tweet

Le député de Debout la France rappelle l’épisode de « l’appel de Cochin ». Alors qu’il est hospitalisé (à l’hôpital Cochin, à Paris) après un accident de voiture, Jacques Chirac, alors président du RPR, lance un vibrant appel eurosceptique, à quelques mois des premières élections européennes, en juin 1979. Ce sera un échec électoral. Plus tard, Jacques Chirac se ralliera au projet européen, notamment au moment du traité de Maastricht sur l’Union européenne. Lors du référendum de septembre 1992, il défendra le « oui ».

14h55 : C’est une réaction étonnante et émouvante qu’offre le politologue proche de la droite, Dominique Reynier

 

14h52 : Anne Hidalgo rend hommage à l’ancien maire de Paris dans un discours

Notre journaliste Romain Lescurieux est sur place : « Jacques Chirac étaient de deux ceux qui défendaient le juste, quel qu’en soit le prix… »

 

14h50 : 20 Minutes revient sur la réaction d’Alain Juppé, un de ses plus proches amis politiques

 

14h43 : « Le bruit et l’odeur »

Depuis ce matin, nombreux sont ceux et celles qui rappellent les propos choquants et racistes de Jacques Chirac en 1990, sur l'immigration et « le bruit et l’odeur ». Une manière de rappeller que le Chirac humaniste, à partir de 1995 ou 1998, a été précédé par « Facho Chirac », comme l’appellait la gauche dans les années 1980.

 

14h41 : SOS Racisme offre une réaction pondérée après le décès de Jacques Chirac

 

14h36 : La journaliste de 20 Minutes, Delphine Bancaud, revient sur la fin de la vie de Jacques Chirac

 

14h34 : Nathalie Arthaud ne voit pas de positif

Mais bien sûr, toutes les réactions ne sont pas dithyrambiques. Nathalie Arthaud, la leader de Lutte ouvrière, parle de la « carrière d’un politicien bourgeois ».

 

14h32 : « Ne composez jamais avec l’extrémisme »

Le 11 mars 2007, Jacques Chirac annonce officiellement, lors d’une allocution télévisée, qu’il ne se représentera pas à la présidentielle à venir. Il fait alors l’un des plus grands discours de sa carrière.

 

14h28 : François Fillon était sur BFMTV

« C’est le dernier président de la République qui est resté dans la conception gaulliste de la présidence. Il a maintenu cette espèce de hauteur, de distance, laissant une grande autonomie au gouvernement et en même temps incarnat la voix de la France dans le monde. Rien que ça, c’est à mettre à son crédit. (…) J’ai le souvenir du 21 avril 2002, quand l’extrême droite s’est qualifiée pour le second tour. La première remarque de Jacques Chirac a été de dire : Bernadette l’avait dit. » François Fillon a été ministre dans plusieurs gouvernements de Jacques Chirac. Il a été Premier ministre à partir de 2007, sous Nicolas Sarkozy.

14h24 : Jean-Marie Le Pen a twitté 

C'est face à lui que Jacques Chirac a été réelu président de la République, le 5 mai 2002, lors du second tour de la présidentielle, avec plus de 82 % des suffrages. 

14h22 : « Abracadabrantesque »

Fun fact, c’est à Angoulême que Jacques Chirac a utilisé son fameux « abracadabrantesque », lors d’une interview pour France 3, face à Elise Lucet. Notre confrère de France Bleu La Rocheller nous le rappelle.

 

14h20 : Et l’actuel Premier ministre britannique, le conservateur Boris Johnson, parle d’un « formidable leader politique »

 

14h19 : Le service vidéo de 20 Minutes fait le point sur les réactions au décès de Jacques Chirac

 

14h18 : Tony Blair, l’ancien Premier ministre travailliste du Royaume-Uni (1997-2007) parle d’un homme « généreux »

 

14h14 : Pedro Sanchez, le chef du gouvernement socialiste espagnol, rend hommage à Jacques Chirac

 

14h12 : Vladimir Poutine salue un dirigeant « sage et visionnaire » (Kremlin/AFP)

 

14h06 : Le maire de Lyon, Gérard Collomb, réagit

 

14h04 : « C’est une immense tristesse qui m’étreint », dit Alain Juppé

Premier ministre de Jacques Chirac de 1995 à 1997, c’est celui qui a été son plus proche collaborateur pendant longtemps, à la Mairie de Paris, au RPR et donc au gouvernement. Il est aujourd’hui membre du Conseil constitutionnel.

14h00 : « Mais vous avez tout à fait raison, monsieur le Premier ministre »

C’est l’un des moments mythiques de l’histoire de la Ve République : le débat de l’entre-deux-tours de la présidentielle de 1988. Jacques Chirac, alors Premier ministre, se retrouve face à François Mitterrand, le président sortant.

 

13h57 : Angela Merkel salue en Jacques Chirac « un formidable partenaire et ami » (porte-parole, AFP)

13h54 : Au tour de Manuel Valls, Premier ministre PS de 2014 à 2016

Il était collaborateur de Lionel Jospin pendant la cohabitation de 1997 à 2007, quand Jacques Chirac était à l’Elysée.

13h53 : L’Ecole nationale d’administration, plus connue sous le nom d’ENA, rappelle que Jacques Chirac était dans la promotion Vauban

 

13h47 : Jacques Chirac, c’est aussi le président du premier titre mondial des Bleus, en 1998

 

13h44 : Le fameux de discours de Jacques Chirac à Johannesburg, dont on parlait un peu plus tôt

 

13h36 : Valéry Giscard d’Estaing exprime son « émotion » après le décès de Jacques Chirac

Après avoir été celui qui a fortement contribué à faire élire Valéry Giscard d’Estaing en 1974, puis don Premier ministre, Jacques Chirac fut ensuite son pire ennemi politique. En 1976, il claque la porte du gouvernement. Chirac a contribué ensuite à faire perdre VGE face à François Mitterrand en 1981.

13h32 : Le chef de la diplomatie allemande salue en Chirac « un grand homme d’Etat et Européen » (AFP).

13h31 : La réaction de François Hollande, en version longue

François Hollande était élu de Corrèze, comme Jacques Chirac.

13h29 : L’élu de Paris LR, Claude Goasguen, connaissait bien Jacques Chirac

 

13h26 : « C’est une part de ma vie qui disparaît aujourd’hui », dit Nicolas Sarkozy

« Il a incarné une France fidèle à ses valeurs universelles et à son rôle historique » et « il n’a jamais rien cédé sur notre indépendance, en même temps que sur son profond engagement européen », a ajouté dans un communiqué Nicolas Sarkozy, en saluant « la stature imposante et la voix si particulière de Jacques Chirac » qui « ont accompagné la vie politique française pendant un demi-siècle ».

13h23 : Lionel Jospin a eu le « privilège de gouverner la France sous sa présidence »

Lionel Jospin (PS) a été le deuxième Premier ministre de Jacques Chirac, de 1997 à 2002, après la dissolution de l'Assemblée nationale ratée par le Président. C’est la troisième cohabitation de la Ve République, la plus longue. Lionel Jospin fut aussi le challenger de Jacques Chirac au second tour de la présidentielle de 1995, candidat aussi en 2002, toujours contre Jacques Chirac, mais il est cette fois éliminé au premier tour.

13h18 : Benoît Hamon, l’ancien candidat socialiste à la présidentielle, a tweeté

La loi Devaquet (du nom d’Alain Devaquet, ministre de l’Enseignement supérieur) concernait une réforme de l’université, en 1986, peu après que Jacques Chirac soit devenu Premier ministre pour la seconde fois. Elle avait provoqué des manifestations monstres avant que le projet soit retiré après la mort de Malik Oussekine après une de ces manifs. Les « lois Pasqua » (du nom de Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur) concernaient l’immigration, à la même période.

13h15 : Nicolas Hulot raconte sa relation à Jacques Chirac

« Je suis très triste, parce que j’ai développé avec cet homme, depuis une trentaine d’années, une relation d’amitié et de confiance. Et au-delà de la politique, c’était un homme d’un profond humanisme, un homme qui aime les autres. Nous avions une relation très particulière, il m’a toujours fait confiance, il m’a beaucoup aidé dans mon engagement », dit-il à France Inter. ​

Nicolas Hulot est à l’origine de la « conversion écologique » de Jacques Chirac. On dit que c’est lui qui avait trouvé la formule « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs », lors de son discours lors du Sommet de la Terre de l’ONU à Johannesburg, en 2002.

13h13 : Le Premier ministre libanais qualifie Chirac de l’un des « plus grands hommes » de la France

Saad Hariri est le fils Rafiq Hariri, qui fut lui aussi Premier ministre, un très proche de Jacques Chirac.

13h10 : Fabius salue Jacques Chirac, qui n’a « cessé d’être épris de la République et de la servir » (AFP)

Laurent Fabius est l’actuel président du Conseil constitutionnel. Il a été opposé à Jacques Chirac lors de la campagne des législatives de 1986. Fabius, alors Premier ministre, s’est retrouvé face à Chirac dans un célèbre débat télévisé, notamment.

13h09 : Avant sa déclaration, prévue à 14 heures, Anne Hildago a parlé sur Twitter

 

13h07 : La fille adoptive de Jacques Chirac, Anh Đào Traxel, était sur BFMTV

« Mon père avait un grand cœur. C’est grâce à lui que je suis là et que je peux vous parler de lui. C’est un grand homme qui était aussi simple que les Français. »

13h05 : Jacques Chirac a « incarné l’âme de la France », dit Gérard Larcher, le président LR du Sénat.

Lui aussi avait été ministre sous le second mandat présidentiel de Jacques Chirac.

13h00 : François Hollande salue « un combattant » qui « avait su établir un lien personnel avec les Français »

12h57 : Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris, va bientôt réagir elle aussi

 

12h54 : Edouard Balladur apprend « avec émotion » le décès de Jacques Chirac « après tant d’années de souffrances »

Premier ministre de 1993 à 1995, Edouard Balladur avait été son principal opposant à droite lors de la présidentielle de 1995. Cela avait mis fin à leur « amitié de trente ans », Balladur étant lui aussi un compagnon de route de Chirac à la Mairie de Paris.

12h52 : La présidente du groupe LR au Conseil de Paris est en larmes

Marie-Claire Carrère-Gée a été secrétaire générale adjointe de l’Elysée sous Jacques Chirac.

 

12h49 : François Bayrou se souvient

« Si je dois garder deux souvenirs, il y a d’abord le refus de la guerre en Irak. (…) Et il a toujours choisi autant que possible l’unité du pays. Il a choisi de maintenir les valeurs républicaines comme lien entre les Français », dit François Bayrou sur BFMTV. Le maire de Pau a été ministre de l’Education nationale entre 1995 et 1997, au début du premier mandat présidentiel de Jacques Chirac. Il a été candidat contre lui au premier tour de la présidentielle de 2002.

12h47 : Emmanuel Macron va s’exprimer à la radio et la télévision à 20 heures

12h45 : L’hommage simple de Valérie Pécresse

La présidente de la région Ile-de-France a été collaboratrice de Jacques Chirac avant d’entrer en politique active, en 2002, en devant députée puis, plus tard, plusieurs fois ministre.

 

12h42 : « Je dois tout à Jacques Chirac. Tout. C’est lui qui m’a fait faire mes premiers pas en politique. (…) Etre chiraquien c’est être très attentif à l’héritage gaullien, être attentif à l’image de la France dans le monde et à un modèle économique et social équilibré », dit Jean-François Copé, ancien porte-parole du gouvernement dans le second mandat de Jacques Chirac, sur BFMTV.

12h41 : La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, vient de sortir de séance à l’Assemblée nationale

 

12h40 : « Le président de la République s’exprimera d’ici peu », dit Christophe Castaner

12h35 : Jean Tibéri est sur BFMTV

« C’est toute une histoire d’amitié, très jeune. Ça a été un grand président, surtout un grand maire de Paris. Aujourd’hui, je suis très très triste. » Jean Tibéri était un des principaux compagnons de route de Chirac à Paris, il lui avait succédé à la tête de la capitale quand ce dernier a été élu à la présidence de la République.

12h34 : Après la réaction de Jean-Claude Juncker, son président pour encore quelques semaines, la Commission européenne a officiellement tweeté

 

12h33 : Jean-Louis Borloo a été un des principaux ministres de Jacques Chirac pendant son second mandat présidentiel

 

12h31 : Marine Le Pen passe au-dessus des « divergences »

 

12h29 : C’est au tour du chef des députés Les Républicains, candidat à la direction du parti, Christian Jacob

 

12h27 : L’ancien premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve adresse ses pensées à la famille Chirac

 

12h25 : Jean-Luc Mélenchon salut un homme qui aimait la France

Le chef de la France insoumise, grand contempteur de l’ancien président, lui rend tout même un hommage républicain.

 

12h23 : Line Renaud émue aux larmes, « il aime les gens »

La chanteuse, une de ses plus fidèles soutiens, a régi sur BFMTV : « Beaucoup de chagrin. C’est comme si je perdais un frère. Je pense beaucoup à Claude et Bernadette. Je l’ai côtoyé comme quelqu’un de ma famille ; Jacques était tellement solide en amitié. A l’écoute des autres. Il était là aussi dans les moments difficiles. »

12h18 : Les réactions politiques commencent à arriver

« Une immense peine en apprenant le décès de #JacquesChirac. Il a tant servi la France et imprimé sa marque dans notre vie publique qu’il est difficile d’imaginer son absence. J’aimais l’homme et le Président que j’ai servi 5 ans au Gouvernement. Condoléances aux siens », a écrit Dominique Bussereau, l’ancien ministre des Transports sous Chirac.

Jean-Claude Juncker, lui, s’est dit « bouleversé et dévasté » par la mort de Jacques Chirac.

"C’est avec une grande émotion que j’apprends ce jour le décès de Jacques #CHIRAC, ancien Président de la République, figure emblématique de la Ve République, de la droite, de #Paris", a déclaré Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement de Paris.

 

12h17 : Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, réagit

« Jacques Chirac fait désormais partie de l’histoire de France », a déclaré Richard Ferrand.

12h12 : L’Assemblée nationale et le Sénat observent une minute de silence

L’Assemblée nationale et le Sénat ont observé une minute de silence pour rendre hommage à l’ancien président de la République.

« Nous venons d’apprendre le décès de Monsieur Jacques Chirac, je vous demande de bien vouloir en hommage à sa mémoire observer une minute de silence », a déclaré le président de l’Assemblée Richard Ferrand (LREM) depuis le perchoir, les députés et membres du gouvernement présents se levant pour rendre hommage à l’ex-chef de l’Etat, avant de suspendre momentanément leurs travaux.

12h04 : L’ancien président s’est éteint à 86 ans

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux. « Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement », a déclaré Frédéric Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

12h03 : Bonjour et bienvenue dans ce live