Jean-Luc Mélenchon demande la protection de la gendarmerie contre une manifestation de policiers devant le siège de LFI

PROPOS Le syndicat de police Alliance a appelé à manifester, ce jeudi, pour protester contre des propos de Jean-Luc Mélenchon qui a qualifié les forces de l’ordre de « barbares »

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting de LFI le 24 mai 2019, à Lille.
Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting de LFI le 24 mai 2019, à Lille. — Sarah ALCALAY/SIPA

Alors que le syndicat de police Alliance a appelé à manifester, ce jeudi, devant le siège de La France insoumise, pour protester contre des propos de Jean-Luc Mélenchon sur les forces de l'ordre, ce dernier a demandé, ce mercredi, la « protection de la gendarmerie ».

Dans une vidéo tournée mardi, pendant la manifestation contre la réforme des retraites,Jean-Luc Mélenchon, interpellé par des manifestants disant avoir été victimes de violences policières, s’en est pris aux forces de l’ordre. « Ah oui oui, oui. C’est des barbares, soyez prudents, parce qu’ils ne s’arrêtent plus maintenant », a déclaré le leader de La France insoumise, avant d’ajouter : « Samedi, si j’y avais été [aux manifestations], ils me tuent, ils attendent le prétexte. Et après c’est moi qui pleure de voir qu’ils vous éborgnent. »

Le syndicat de police veut rendre « coup pour coup »

Ce mercredi, au micro de FranceInfo, Frédéric Lagache, le délégué général du syndicat Alliance, a appelé à une mobilisation ce jeudi à 11h « devant le siège de Jean-Luc Mélenchon » à Paris, pour rendre « coup pour coup », parce qu’il « faut que tout cela s’arrête : ses provocations, ses insultes et ses intimidations ».

« Manifestation illégale. Je demande la protection de la gendarmerie. Je crois que la protection de témoins populaires serait décisive », a répondu Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.

Le leader de LFI demande « la protection de la gendarmerie nationale »

Dans un communiqué, La France insoumise​ a jugé « tout à fait contraire aux usages républicains » cet appel à manifester qui « vise à faire taire des parlementaires et un mouvement politique dans sa critique des dispositifs de répression policière mis en place par le ministre de l’Intérieur ». « Il va de soi que des agents issus du même corps que ceux qui appellent à manifester contre nous ne peuvent pas être mobilisés pour cette tâche », ajoute LFI, qui demande donc à être placée « sous la protection de la gendarmerie nationale ».

Le fondateur des « gilets jaunes citoyens » Thierry Paul Valette a tweeté pour appeler à « soutenir Jean-Luc Mélenchon demain 11h au siège de LFI » : « Les propos tenus ne sont pas pires que ceux de@CCastaner sur nous #GiletsJaunes et que les violences policières ». Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a demandé mercredi matin des « excuses » à Jean-Luc Mélenchon qui, en réponse, l’a appelé une nouvelle fois à la démission.