Revenu universel d’activité : La consultation citoyenne commencera le 3 octobre

DEBAT Il s’agit d’un point clef du plan pauvreté présenté par le gouvernement il y a un an

20 Minutes avec AFP

— 

Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des solidarités depuis mai 2017.
Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des solidarités depuis mai 2017. — HAMILTON-POOL/SIPA

Une consultation citoyenne en vue de l’instauration d’un revenu universel d’activité (RUA), promesse d’Emmanuel Macron pour lutter contre la pauvreté, débutera le 3 octobre, a annoncé vendredi la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. « Elle reposera sur une consultation en ligne, mais aussi sur des ateliers citoyens, avec un jury citoyen », a précisé la ministre.

Cette consultation, qui doit s’achever en janvier, « réunira physiquement les bénéficiaires des minima sociaux », selon la secrétaire d’État Christelle Dubos, qui porte le dossier. Une première réunion avec le public aura lieu début octobre en Gironde, a précisé le cabinet de la secrétaire d’Etat. Le gouvernement avait donné début juin le coup d’envoi de la concertation avec les partenaires sociaux, les collectivités territoriales et les représentants des bénéficiaires des aides pour définir les contours de ce futur « revenu universel d’activité » censé se substituer à plusieurs prestations sociales, dont le RSA, les aides au logement et la prime d’activité.

« Simplifier »

Cette réforme d’ampleur, qui a pour objectif de « simplifier » le système actuel d’aides sociales et de lutter contre le non-recours aux prestations, pose encore de nombreuses questions. Parmi les points ouverts aux discussions figure son périmètre exact : devra-t-il inclure le minimum vieillesse, l’allocation pour adulte handicapé, ou encore l’allocation de solidarité spécifique, versée aux chômeurs en fin de droits ? Doit-il être élargi aux jeunes de moins de 25 ans, actuellement non éligibles au RSA ?

Agnès Buzyn a déjà dit vouloir travailler sur « l’accès à la prime d’activité (aide aux travailleurs modestes) pour les apprentis », selon son discours. La concertation sur le RUA, qui pourrait toucher près de 15 millions de personnes, doit aboutir à un projet de loi annoncé pour 2020, et une application progressive d’ici à 2023.