VIDEO. Affaire Richard Ferrand : Le président de l'Assemblée Nationale est entendu par des juges à Lille

JUSTICE L’homme politique est soupçonné d’avoir profité de sa fonction pour favoriser sa compagne, qui aurait financé l’acquisition de locaux

Francois Launay

— 

Photo d'archives du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, le 5 décembre 2018.
Photo d'archives du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, le 5 décembre 2018. — Alain JOCARD / AFP

C’est une affaire qui pourrait bien empoisonner le pouvoir. Comme le révèle La Voix du Nord, Richard Ferrand, président de l’Assemblée Nationale, est entendu depuis ce mercredi matin au palais de justice de Lille pour des soupçons de prise illégale d’intérêt dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne.

Révélée par Le Canard enchaîné en 2017, l’affaire, qui avait contraint Richard Ferrand à démissionner du gouvernement à l'époque, porte sur le bien immobilier acquis par sa compagne, l’avocate Sandrine Doucen, puis loué aux Mutuelles de Bretagne, dont il était alors le directeur général (1998-2012).

Une enquête dépaysée à Lille

Anticor accuse Richard Ferrand d’avoir profité de sa fonction pour favoriser sa compagne, qui aurait financé l’acquisition de locaux, d’une valeur de 375.000 euros, par les loyers des Mutuelles de Bretagne.

Déçue par le classement sans suite de l’enquête préliminaire​ par le parquet de Brest, notamment pour prescription, l’association avait déposé à Paris une plainte avec constitution de partie civile, procédure qui permet de passer outre le refus du parquet d’entamer des poursuites pénales. Le juge du pôle financier de Paris, Renaud Van Ruymbeke, avait ouvert le 12 janvier 2018 une information judiciaire pour « prise illégale d’intérêts ».

Mis en examen ou témoin assisté ?

Mais la défense de Richard Ferrand et de sa compagne avait dénoncé en mars 2018 un « conflit d’intérêts », le vice-président d’Anticor Eric Alt, présent lors d’une première audition, étant aussi premier vice-président adjoint au tribunal de grande instance de Paris. C’est pourquoi l’enquête a été dépaysée à Lille.

A l’issue de l’audience avec les juges, Richard Ferrand pourrait être mis en examen ou être placé sous le statut de témoin assisté. Réponse attendue dans l’après-midi, selon le quotidien régional.