Lyon : Pourquoi Laurent Wauquiez renonce-t-il finalement à subventionner l'association SOS Chrétiens d'Orient?

POLEMIQUE Alors que le groupe socialiste d’Auvergne Rhône-Alpes s’offusquait de voir la région soutenir SOS Chrétiens d’Orient, Laurent Wauquiez a finalement décidé de ne pas aider l’association

Elisa Frisullo

— 

Laurent Wauquiez.
Laurent Wauquiez. — J.P Clatot / AFP
  • Une subvention de 22.000 euros pour l’association SOS Chrétiens d’Orient devait être soumise au vote en commission permanente du conseil régional d’Auvergne Rhône-Alpes, le 19 septembre.
  • En juin, l’opposition régionale avait déjà dénoncé cette aide envisagée.
  • Il s’avère que l’association a « eu des liens politiques avec des personnalités extrémistes issues de mouvements identitaires ».

La polémique n’a duré que quelques heures mais soulève tout de même quelques questions. Alors que le groupe socialiste d’Auvergne Rhône-Alpes s’est offusqué lundi à Lyon de la décision de Laurent Wauquiez de faire voter, lors de la commission permanente du 19 septembre, une subvention de 22.000 euros à  SOS Chrétiens d'Orient, le président LR de la région a finalement renoncé à son soutien.

En juin déjà, l’opposition avait dénoncé l’aide envisagée par la région pour soutenir cette association « dont les dirigeants sont notoirement connus pour leur appartenance à l’extrême droite et aux mouvements identitaires et nationalistes », rappelle le groupe socialiste. « Face à la polémique, cette subvention a été discrètement retirée de l’ordre du jour de juin… Pour mieux revenir, dans les mêmes termes, à la prochaine Commission permanente prévue le 19 septembre ! », dénonçait lundi le groupe d’opposition, demandant le retrait du dossier à l’ordre du jour.

« Des liens politiques avec des personnalités extrémistes »

Une requête entendue par le président LR Laurent Wauquiez, dont les services ont finalement annoncé ce mardi qu’il ne serait pas donné suite aux demandes de soutien financier de SOS Chrétiens d’Orient. « Cette association s’est prévalue devant la région de son statut de partenaire de la défense nationale qui lui a été reconnu par le ministère de la Défense. C’est donc de bonne foi que la région avait envisagé de la soutenir », précisent les services de Laurent Wauquiez dans un communiqué.

« Or, il est apparu à l’été que cette association avait eu des liens politiques avec des personnalités extrémistes issues de mouvements identitaires. Les services de la région avaient donc demandé, avant la présentation du rapport en commission permanente, des renseignements supplémentaires auprès de l’ambassade de France en Irak, poursuivent-ils. Celle-ci nous a fait savoir ce jour que cette association n’était pas soutenue financièrement par le ministère des Affaires étrangères et qu’elle émettait des réserves sur l’efficacité de son action. »

La réponse de l’ambassade tombe à point nommé pour Laurent Wauquiez qui met fin ainsi à la polémique, sans donner le sentiment de rétropédaler face à l’opposition. Engagée depuis plusieurs années « dans une politique de soutien et de défense des Chrétiens en Orients, la Région a également indiqué ce mardi qu’elle maintiendrait totalement son programme de soutien (…) et continuerait de travailler avec les autres associations » du territoire régional.