Municipales à Lyon : Le patron de LREM assure que la situation entre Collomb et Kimelfeld sera « très claire »

POLITIQUE Le délégué général de LREM s'est exprimé ce mardi sur la situation lyonnaise en vue des Municipales

20 Minutes avec AFP

— 

Gérard Collomb et David Kimelfeld
Gérard Collomb et David Kimelfeld — AFP

Des déclarations qui sonnent une nouvelle fois comme un appel à la raison. Le patron de La République en marche (LREM), Stanislas Guerini, a assuré mardi que la situation serait « très claire » entre Gérard Collomb et son ex-dauphin devenu concurrent pour la métropole de Lyon, David Kimelfeld, au moment des élections de mars prochain.

« Je veux qu’ils bossent ensemble et qu’on parte alors rassemblés », a affirmé le délégué général du parti sur Cnews. Gérard Collomb, réélu maire depuis 2001, et David Kimelfeld, président de la métropole depuis 2017, sont candidats déclarés à la présidence de cette collectivité, véritable siège du pouvoir lyonnais qui fera l’objet d’un scrutin parallèle aux municipales dans 59 communes de l’agglomération.

Gérard Collomb souhaite quitter la mairie pour reprendre le siège de la métropole qu’il avait laissé à David Kimelfeld en partant au ministère de l’Intérieur en mai 2017, et qu’il ne lui a pas repris à son retour à Lyon en octobre 2018. Mais David Kimelfeld compte rester en place et s’est déclaré candidat à l’investiture LREM à la métropole.

Un partage des pouvoirs ?

Au début de l’été, Emmanuel Macron a rencontré séparément les deux hommes en leur demandant de s’entendre, et Gérard Collomb avait proposé dans la foulée de partager, en cas de victoire, la fin de son mandat avec David Kimelfeld pour préparer la succession. Mais ce dernier lui a immédiatement adressé une fin de non-recevoir.

Pour Stanislas Guerini, la solution semble résider dans un partage des pouvoirs entre les deux hommes, la mairie pour l’un, la métropole pour l’autre, les deux mandats n’étant pas cumulables. « Je ne sais pas dans quel sens il faut le faire mais je crois que pour le bien des Lyonnaises et des Lyonnais, ça serait bien d’additionner les énergies, ces deux personnalités ont beaucoup apporté à la ville et à la métropole de Lyon », a-t-il commenté. « Nous n’avons pas encore pris notre décision, on discute et on va voir mais ce sera très clair pour les électeurs (…) quand ils se présenteront devant eux », a-t-il assuré.

« Rien n’est réglé », selon David Kimelfeld

Dans un entretien accordé lundi à L’Opinion, David Kimelfeld a rappelé que « rien n'(était) réglé ». « Je suis candidat à la présidence de la métropole pour poursuivre mon travail. Je ne veux pas croire que la décision (d’investiture de LREM) sera différente. Si c’est le cas, il faudra alors peut-être écrire une autre histoire », a-t-il ajouté, menaçant à son tour, à demi-mot, de faire cavalier seul. Au cours du week-end, il avait indiqué à la chaîne BFM Lyon que l’investiture LREM pour les municipales et métropolitaines de Lyon était attendue « fin septembre, début octobre ».