Réforme des retraites : Le gouvernement reste flou sur le calendrier à venir

PROJET DE LOI Gérald Darmanin a évoqué un an de concertation, tandis qu’Edouard Philippe parle d’un examen devant le Parlement dans les prochains mois

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe, le premier ministre lors d'u point presse le 23 mai 2019 à l'Elysée.
Edouard Philippe, le premier ministre lors d'u point presse le 23 mai 2019 à l'Elysée. — Stephane Lemouton -POOL/SIPA

Le gouvernement reste flou sur le calendrier de la réforme des retraites. Alors que  le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a évoqué une concertation de près d'« un an », le Premier ministre, Edouard Philippe, lui, a assuré que le projet de loi serait examiné au Parlement « dans les mois qui viennent ».

« On va prendre un an, un petit peu moins d’un an de concertation avec la société, avec les avocats, avec les infirmières, avec les professeurs, tous ceux qui sont concernés », a assuré Gérald Darmanin sur RTL, ce vendredi, laissant présager d’un examen du projet de loi bien après les élections municipales de mars 2020.

Le projet de loi initialement présenté en Conseil des ministres avant fin 2019

Comme on lui demandait si la déclaration de son ministre des Comptes publics laissait supposer un report de la réforme, Edouard Philippe a répondu : « Non, pas du tout. Ma détermination est totale, mais dans la méthode, nous voulons prendre le temps d’abord de partager sur un texte aussi important », a expliqué le Premier ministre lors d’un déplacement dans un lycée du Muy (Var). Il sera tenu « compte de ce qui sera dit » lors de la vaste concertation annoncée « pour faire un projet de loi qui sera présenté au Parlement, comme je m’y suis engagé, dans les mois qui viennent », a-t-il poursuivi.

Les échéances se sont allongées autour de ce projet de loi qui, initialement, devait être présenté en Conseil des ministres avant la fin de l’année 2019. Le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye avait présenté mi-juillet un rapport préconisant la mise en place, à partir de 2025, d’un « système universel » de retraites par points fusionnant les 42 régimes existants. Il avait recommandé de fixer un « taux plein » à l’âge « pivot » de 64 ans pour tous, assorti d’un système de décote/surcote.

Un processus de « concertation citoyenne » lancé à l’automne

Le président Emmanuel Macron avait créé la surprise lundi en disant préférer « un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge » de départ, tout en affirmant que « rien » n’était « décidé » à ce stade. « Une ouverture faite notamment à la CFDT et à M. (Laurent) Berger », a confirmé Gérald Darmanin sur RTL. Edouard Philippe lancera jeudi et vendredi à Matignon une nouvelle phase de concertation sur la base du rapport Delevoye, en recevant syndicats et patronat.

Un processus de « concertation citoyenne » doit ensuite être lancé à l’automne. « Lorsque j’aurai rencontré les organisations syndicales et patronales, il me reviendra de faire des annonces sur ce calendrier, sur ce rythme, sur cette méthode, mais ne croyez en rien que la détermination du gouvernement serait amoindrie », a insisté le chef du gouvernement vendredi.