G7, retraites, Mercosur… Ce qu’il faut retenir de l’interview d’Emmanuel Macron sur France 2

POLITIQUE Le président français a fait le bilan du sommet de Biarritz et en a profité pour parler d’autres dossiers chauds

P.B. avec AFP

— 

Emmanuel Macron sur France 2 le 26 août 2019.
Emmanuel Macron sur France 2 le 26 août 2019. — FRANCE TELEVISIONS / AFP

« On a formidablement réussi ce sommet, la France a rayonné. » Invité du 20h de France 2, lundi, Emmanuel Macron s’est dit satisfait du G7 de Biarritz. Et il en a profité pour apporter des précisions sur des dossiers chauds de la rentrée, notamment sur les retraites.

G7 : La France « a rayonné » et la « pression a baissé » sur l’Iran

Quel bilan tire-t-il du G7 ? « On a formidablement réussi ce sommet, la France a rayonné », estime Macron. Sur l’Iran, il estime que les discussions ont permis de créer « les conditions d’une rencontre » entre Donald Trump et Hassan Rohani, à laquelle le président américain s’est dit favorable. « On est loin d’un accord » sur le nucléaire, a tempéré Emmanuel Macron, mais il estime que « la pression a baissé » à Biarritz.

Côté Brésil, le chef de l’Etat juge les propos de Jair Bolsonaro sur Brigitte Macron « indignes », et il s’est attaqué à la politique de son homologue, qui favorise, selon lui, la déforestation. « Les incendies en Amazonie nous concernent tous », a insisté le président français, saluant une aide d’urgence débloquée par le G7 pour lutter contre les flammes. Enfin, alors que la France a affirmé avoir trouvé un accord avec les Etats-Unis sur la taxation des géants du numérique, censé écarter la menace de représailles américaines sur le vin français, Emmanuel Macron a plaidé pour du multilatéralisme, craignant que l’approche bilatérale privilégiée par Donald Trump n’ait un impact sur la croissance mondiale.

Mercosur : Macron ne « signera pas en l’état »

« Je n’ai pas donné mon accord complet, en l’état je ne signerai pas le Mercosur », insiste le président français. A la veille du G7, il avait déjà accusé Bolsonaro de lui avoir « menti » sur ses engagements en matière d’écologie et annoncé que la France s’opposait désormais à l’accord controversé de libre-échange entre l’UE et le Mercosur, un groupe de pays sud-américains, dont le Brésil.

Retraites : Macron veut « un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge »

Pour « que ce soit juste en termes de cotisations (…), je préfère qu’on trouve un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge », a plaidé le président sur France 2, « car si vous avez un accord sur la durée, si vous commencez plus tard, vous finissez plus tard, et quand vous commencez plus tôt vous partez plus tôt ».

L’âge de départ à la retraite concentre une grande partie des débats autour du futur « système universel » des retraites prévu pour 2025. Le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, qui a rendu ses préconisations mi-juillet, a préconisé jusqu’à présent un « taux plein » à l’âge « pivot » de 64 ans. Une phase de concertation autour du rapport Delevoye doit désormais s’ouvrir. Les partenaires sociaux seront ainsi reçus à Matignon les 5 et 6 septembre.

« Gilets jaunes » : Macron veut « éradiquer progressivement la grande violence »

Interrogé sur les violences survenues lors de plusieurs samedis de manifestation des « gilets jaunes », le président de la République a regretté « des scènes d’une violence extrême à l’égard des forces de l’ordre, des journalistes, des commerçants ». Louant le « travail remarquable des forces de l’ordre », il a néanmoins concédé qu’il y avait pu avoir des « erreurs avec des gens qui n’étaient pas » violents. Par conséquent, il faut aussi « qu’on regarde comment changer la manière d’assurer la sécurité pour réduire très fortement le nombre de blessés », a expliqué le chef de l’Etat, rappelant que « le cas très précis du jeune Steve à Nantes est entre les mains de la justice ».