Retraites : Jean-Paul Delevoye va-t-il entrer au gouvernement pour porter la réforme ?

PROMOTION Il a travaillé pendant dix-huit mois sur un nouveau système universel de répartition par points

L.Br. avec AFP

— 

Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, le 9 avril 2019.
Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, le 9 avril 2019. — Alain ROBERT/SIPA

Jean-Paul Delevoye bientôt ministre ? C’est presque fait, selon le JDD. Dans son édition de dimanche, l’hebdo confirme l’arrivée du haut-commissaire à la réforme des retraites au gouvernement, pour porter une réforme ultrasensible.

Cet été, l’Elysée aurait proposé à Jean-Paul Delevoye de devenir ministre chargé de ce dossier emblématique du quinquennat Macron. Celui qui s’est occupé de piloter la construction d’un nouveau système de retraites par points pendant près de 18 mois aurait accepté, toujours selon le JDD. Une information que l’intéressé « n’a souhaité ni confirmer ni démentir ». Sollicité dimanche par l’AFP, Matignon n’a pas fait de commentaire.

Déjà un bureau au ministère

Nommé en septembre 2017 haut-commissaire à la réforme des retraites auprès d’Agnès Buzyn, Jean-Paul Delevoye a remis mi-juillet au Premier ministre le rapport qui lui avait été commandé. Il y préconise l’instauration d’un « système universel » par points remplaçant les 42 régimes actuels et un âge de 64 ans pour une retraite à taux plein.

« Est-ce que Jean-Paul Delevoye doit rentrer au gouvernement ou pas ? C’est le choix du président de la République et du Premier ministre », a commenté la ministre des Solidarités Agnès Buzyn, interrogée ce lundi sur Franceinter. « De toutes les façons, nous avons travaillé de concert avec Jean-Paul Delevoye » pendant les 18 mois de préparation de son rapport. « Nous sommes dans le même couloir, son bureau est à côté du mien, nous nous voyons tous les jours », a-t-elle souligné, estimant qu’il n’y aurait « pas de changement » à ce fonctionnement si Jean-Paul Delevoye entrait au gouvernement.

Comme on le questionnait sur Europe 1, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a relevé pour sa part que « Jean-Pierre Delevoye porte très bien ce sujet » des retraites, invoquant « son expérience ». « Si le gouvernement décidait de s’enrichir de sa présence, je ne ferais pas partie de ceux qui le regretteraient », a-t-il ajouté.