«Escroc, on te fera payer»: L'appartement de François de Rugy, près de Nantes, tagué

VANDALISME L'acte a été revendiqué par le Parti communiste maoïste dans un courrier envoyé au quotidien «Presse Océan» 

20 Minutes avec AFP

— 

François de Rugy quitte l'Elysée le 5 décembre 2018.
François de Rugy quitte l'Elysée le 5 décembre 2018. — AFP

« De Rugy escroc, on te fera payer ». Voilà ce qui a été tagué sur l’immeuble où se situe l’appartement de François de Rugy, à Orvault près de Nantes, a rapporté Presse Océan, ce jeudi.

Le tag, écrit en rouge et en lettres capitales, a été découvert par des voisins, ce jeudi. L’inscription était accompagnée d’une faucille et d’un marteau, ainsi que des initiales PCM, le Parti communiste maoïste, qui a revendiqué l’acte dans un courrier envoyé au quotidien régional.

Sa permanence nantaise et sa résidence secondaire déjà taguées

« Les parasites comme De Rugy qui se goinfrent de homard, vivent dans le luxe et profitent de logements sociaux grâce à l’argent volé aux travailleurs doivent être dénoncés et combattus », a écrit le PCM dans son courrier. Un acte de vandalisme qui intervient quelques jours après les nombreuses révélations de Mediapart. Le site a notamment accusé le ministre de la Transition écologique d’avoir organisé de fastueux dîners, d’avoir engagé des travaux onéreux dans son appartement de fonction et de louer son appartement d’Orvault « à loyer social préférentiel ».

François de Rugy a finalement démissionné, ce mardi, et a été remplacé par Elisabeth Borne​. Selon Presse Océan, des constatations de police technique et scientifique ont été réalisées. La permanence nantaise et la résidence secondaire sur l’île d’Ouessant de François de Rugy ont déjà fait l’objet de dégradations.