Hollande, Jospin, Cazeneuve… La famille socialiste réunie au Sénat autour de ses grandes figures

REUNION Lionel Jospin, 82 ans, fera une de ses premières apparitions devant la presse depuis son départ du Conseil constitutionnel, en mars

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande et Bernard Cazeneuve sur le perron de l'Elysée, le 15 juillet 2015
François Hollande et Bernard Cazeneuve sur le perron de l'Elysée, le 15 juillet 2015 — Thibault Camus/AP/SIPA

Lionel Jospin, François Hollande, Jean-Marc Ayrault ou encore Bernard Cazeneuve… Les grandes figures du PS se réunissent, ce mercredi soir au Sénat, pour un « pot amical ». L’occasion de rappeler que les socialistes, très affaiblis, ont une « histoire », à partir de laquelle ils veulent « rebâtir ».

« C’est la première fois depuis longtemps qu’il y aura autant d’éléphants réunis », a expliqué Patrick Kanner, le président du groupe PS au Sénat, qui a promis que l’événement se déroulera « sans homard », dans une allusion au met servi dans des dîners fastueux par le ministre démissionnaire François de Rugy.

« Ils veulent, à partir de cette histoire, rebâtir un avenir politique »

Outre l’ancien président de la République et les trois anciens Premiers ministres, seront présents à la questure du Sénat le premier secrétaire Olivier Faure, son prédécesseur Jean-Christophe Cambadélis, l’ancienne patronne du parti Martine Aubry, et les parlementaires des groupes socialistes des deux chambres. Patrick Kanner dira un mot d’accueil, puis la présidente du groupe des députés PS Valérie Rabault, Olivier Faure et enfin François Hollande.

« Nous nous retrouverons en famille (…) Ce n’est pas un congrès de refondation du parti socialiste qui aura lieu demain, dans les jardins du Sénat, c’est simplement la volonté de dire que les socialistes ont un passé – passé glorieux, diraient certains –, qu’ils ont une histoire et qu’ils veulent, à partir de cette histoire, rebâtir un avenir politique », a expliqué mardi Patrick Kanner sur RFI. Le rendez-vous sera l’occasion de rappeler « aux Français » que ce que les socialistes ont « fait pour ce pays », notamment lors de la « période de cohabitation 1997-2002 », « ça a du sens », a-t-il ajouté.

Bernard Cazeneuve, le nouveau leader du PS ?

Figure consensuelle s’il en est parmi les socialistes, Lionel Jospin, 82 ans, fera une de ses premières apparitions devant la presse depuis son départ du Conseil constitutionnel, en mars. Les yeux seront également tournés vers Bernard Cazeneuve, qui incarne pour beaucoup l’avenir du PS. « Il a une place particulière dans le cœur des Français et il apparaît aujourd’hui comme celui qui peut incarner avec d’autres (…) cette alternative à la dérive extrêmement libérale aujourd’hui du gouvernement d’Edouard Philippe, du président de la République », affirme Patrick Kanner.

L’ancien président de la République François Hollande « encourage » lui aussi Bernard Cazeneuve à prendre des initiatives : le Parti socialiste « a besoin d’idées, d’identité et d’incarnation. Bernard Cazeneuve doit en être un acteur important », a-t-il récemment confié au JDD​. A l’heure où le PS encourage partout en France la constitution de listes d’union de la gauche, il est de toute façon trop tôt pour se lancer dans la bataille de 2022, souligne le porte-parole du PS Pierre Jouvet. « Tout le monde est en train de travailler à ces élections locales, ce n’est pas le moment de se lancer dans le combat présidentiel », dit-il. Bernard Cazeneuve lui-même assure ne pas y penser, voulant uniquement travailler « sur le fond », et s’exprimer quand il le jugera utile.