Démission de François de Rugy: Son entourage nantais «surpris» et «triste»

POLITIQUE A Nantes, d'où François de Rugy est originaire, ses collègues et proches sont amers après l'annonce de sa démission

Frédéric Brenon

— 

François de Rugy, désormais ex-ministre de la Transition écologique.
François de Rugy, désormais ex-ministre de la Transition écologique. — G.Gobet/AFP
  • François de Rugy a décidé de quitter son poste ce mardi.
  • Le ministre est au centre, depuis mercredi dernier, d'une série de révélations émanant de Mediapart.
  • Originaire de Nantes, il redeviendra député de la 1ère circonscription de Loire-Atlantique.

La démission de François de Rugy, épilogue d’une semaine de déboires provoqués par les publications de Mediapart, a été suivie avec amertume par l’entourage nantais du ministre de la Transition écologique. La plupart de ses proches et collègues élus ne s’attendaient pas à une telle issue ce mardi après-midi.

« Je suis un peu surprise, je pensais qu’il allait tenir, confie Cécile Bir, adjointe au maire de Nantes et ancienne attachée parlementaire de François de Rugy lorsqu’il était chez EELV. C’est dommage pour l’écologie parce que c’était quand même un bon ministre. » « Ça me surprend. Je pensais qu’il était déterminé à faire face », réagit Emmanuelle Bouchaud, conseillère régionale (UDE) et ancienne compagne de François de Rugy. « Toute cette histoire, c’est un énorme gâchis, ajoute-t-elle. C’est quelqu’un qui, politiquement, a permis de faire avancer beaucoup de choses quand même. »

« Je ne pensais pas qu’il démissionnerait, on est en pleine discussion sur le projet de loi énergie et climat, ça lui tenait à cœur, s’étonne, elle aussi, Valérie Oppelt, députée LREM de Loire-Atlantique. Il a vécu des moments très violents. Il fait maintenant le choix de jouer collectif et de se mettre en retrait, ça se respecte. » « Il a pris une décision sage et responsable, estime Hervé Grélard, conseiller municipal à Nantes (LREM). Face à l’emballement médiatique et la pression de l’opinion publique, il s’est senti en incapacité d’exercer ses missions. »

« Ça ne correspond pas à l’homme que j’ai connu »

Les révélations de Mediapart sur ses dépenses, sur ses déclarations d’impôts ? Les critiques du grand public ? « Ça ne correspond pas à l’homme que j’ai connu. C’est quelqu’un d’intègre », considère son ex-compagne. « Je suis triste pour lui, ajoute Cécile Bir. Quand on le connaît bien, on se dit que ce qui lui arrive n’est pas mérité. Ils [Mediapart] ont réussi à le faire tomber. » « Ce qu’on dit sur lui, ce n’est pas du tout l’image que j’ai de François de Rugy. Ni à Nantes, ni à l’Assemblée nationale, où il a beaucoup œuvré pour la transparence », abonde Valérie Oppelt.

« Face à une série d’attaques médiatiques extrêmement violentes, il a pris une décision que je respecte et qui traduit le sens des responsabilités que je lui connais », s’est, de son côté, contenter de commenter Mounir Belhamiti (LREM), qui lui succédait depuis octobre en tant que député de la 1ère circonscription de Loire-Atlantique. Ce dernier, qui a fait savoir qu’il libérait la place, redeviendra donc simple suppléant le mois prochain.