Affaire de Rugy: «Je n'ai absolument pas de raison de démissionner», affirme le ministre

JUSTIFICATIONS François de Rugy est au cœur d’une polémique après des révélations de Mediapart sur des dîners fastueux dans son ministère, des travaux et son logement près de Nantes

Manon Aublanc

— 

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy lors d'une visite à Niort, le 11 juillet 2019.
Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy lors d'une visite à Niort, le 11 juillet 2019. — GEORGES GOBET / AFP

François de Rugy riposte. « Je n’ai absolument pas de raison de démissionner », a déclaré, ce vendredi, le ministre de la Transition écologique, au cœur d’une polémique après des révélations de Mediapart sur  des dîners fastueux dans son ministère, des travaux dans son appartement de fonction, ainsi qu’un logement « à loyer social préférentiel » près de Nantes.

« Je n’ai absolument pas de raison de démissionner. Je l’ai dit au Premier ministre qui ne me l’a pas demandé », a-t-il affirmé au micro de BFMTV/RMC. « Forcément on peut penser à en fait tout abandonner » quand « on est attaqué matin, midi et soir » mais « je ne le ferai pas car je suis très en colère quand je lis un article qui prétend que j’occupe un logement social », s’est défendu le ministre.

François de Rugy, victime d’une tricherie du propriétaire et de l’agence immobilière ?

Jeudi soir, Mediapart a révélé que le ministre louait à Orvault, près de Nantes (Loire-Atlantique), un T2 de 48 m2, de 2016, « à loyer social préférentiel ». « Je n’ai jamais profité indûment d’un logement social […]. Je donne toutes les preuves. Il y a une machine lancée pour m’attaquer. Aujourd’hui et demain il va y avoir encore des attaques. Je ne lâcherai pas, je suis très en colère contre les mensonges », a-t-il répondu.

« Je suis victime d’une tricherie du propriétaire et de l’agence immobilière […]. J’ai fourni non seulement mes déclarations d’impôt et mes trois derniers bulletins de salaire. On m’a demandé une attestation d’employeur, on m’a dit que j’étais élu et que je ne pouvais pas avoir d’attestation », s’est-il justifié devant Jean-Jacques Bourdin.

« On a passé les bornes »

Selon Mediapart, François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, et son épouse ont multiplié les dîners privés fastueux à l’Hôtel de Lassay entre 2017 et 2018. «  Je n'aime pas ça [le homard], je n'en mange pas. J’ai une intolérance aux crustacés et aux fruits de mer ! Et on fait croire que c’est moi qui fais servir du homard ? (…) Le champagne me fait mal à la tête », s’est-il défendu.

François de Rugy a-t-il toujours le soutien du président de la République ? « Oui », a répondu le ministre. « Bien sûr que j’ai échangé avec Emmanuel Macron. Je l’ai immédiatement prévenu quand j’ai eu le questionnaire de Mediapart », a-t-il ajouté. Le ministre de la Transition écologique a également déclaré qu’il envisageait de « porter plainte pour dénonciation calomnieuse » contre le site d’information en ligne. « On a passé les bornes. Neuf mensonges dans un article. »